[LVD #9] Je suis hypersensible et j'entreprends (tranquillement)

En créant La Vraie Dose, je te l'avais promis, je voulais te raconter les vraies histoires de l'entrepreneuriat. Ou en tout cas mes histoires de mon entrepreneuriat à moi. Pour cette 9ème newsletter de La Vraie Dose, il était grand temps que je t'ouvre mon coeur et que je te parle du trait de ma personnalité qui a grandement influé sur ma façon d'entreprendre : mon hypersensibilité. 

C'est que, comme ça, de prime abord, on se dit que l'entrepreneuriat offre un panel d'émotions non négligeable et qu'il est préférable d'avoir un coeur plutôt bien accroché pour survivre. En gros, être hypersensible et vouloir entreprendre, c'est plutôt compliqué quoi... Et si finalement, l'hypersensibilité apportait une autre lecture de l'entrepreneuriat, tout aussi sympa ? Je t'offre ma petite réflexion maison !

Suis-moi, je t'ai mijoté un petit résumé de cette Vraie Dose un peu spéciale et je t'ai glissé à la fin de cet article un lien pour la (re)déguster en intégralité. :)

 La Vraie Dose #9 : Je suis hypersensible et j'entreprends (tranquillement)

La Vraie Dose #9 : Je suis hypersensible et j'entreprends (tranquillement)

Aujourd'hui, je t'ouvre mon coeur

Lorsque j'ai eu l'idée de créer La Vraie Dose, je me suis dit qu'il manquait quelque chose. Que les entrepreneurs débutants comme moi avaient clairement besoin de contenus un peu alternatifs, davantage tournés vers "le parler vrai", vers la vraie vie des entrepreneurs. On lit de tout à propos de l'entrepreneuriat. Enfin, surtout des belles histoires.

Alors, si comme moi tu dévores les podcasts et blogs d'entrepreneuriat, tu lis des parcours d'entrepreneurs qui font rougir, il faut bien le dire. Des trajectoires de boîtes qui petit à petit ont poussé toutes les plus hautes montagnes de difficultés. Des équipes prêtes à dévorer le monde du lundi 00h au dimanche soir 23h59.

Et puis, il y a toi. Il y a moi. Il y a nos vies d'entrepreneurs. Nos vraies vies d'entrepreneurs. Nos personnalités, nos difficultés, nos sensibilités. Est-ce qu'on en parle de tout ça ? Du fait que l'on a des doutes ? Que l'on n'a pas toujours la personnalité la plus robuste ? Les nerfs les plus solides ? Non, ce n'est pas sexy. 

Alors, aujourd'hui, je me suis dit qu'il était temps de t'écrire une vraie dose, tout en authenticité, sur mon évidente hypersensibilité et sur la façon dont elle a nourri mon parcours entrepreneurial. J'ose te raconter un peu plus de choses sur mon ressenti personnel en tant que jeune entrepreneure qui s'éloigne petit à petit des contes de fées entrepreneuriaux...

Donc toi aussi t'as des petites émotions faites maison ?

Je me suis toujours sentie un peu nunuche avec mes émotions en carton. Je pleure pour rien. Je ris pour rien. Et la vie n'étant pas un long fleuve tranquille... peu de chances que ça s'arrange. Alors, niveau émotions l'entrepreneuriat, c'est finalement une séance quotidienne de canyoning (sensations fortes et "douces" vagues sur ta frimousse garanties).

Et en vrai, je le savais. J'en connaissais des entrepreneurs. Sans doute un peu plus fortiches comme moi niveau gestion des nerfs. Et pourtant, eux aussi, quand on les regarde de près (avec les vrais yeux de la vraie vie), on voit bien qu'ils sont juste comme toi, comme moi, au milieu du grand bain, sans brassard.

Alors, je me suis dit qu'il n'y avait pas de personnalités plus ou moins faites pour entreprendre. Oui, il vaut mieux aimer travailler. Oui, il vaut mieux aimer partir de rien. Oui, il ne faut pas être passionné par une vie assez confortable. Mais dans le fond, tout le monde peut trouver son équilibre, non ?

Je me connais bien, je m'autoanalyse bien. Je dorlote mes qualités, je chouchoute mes défauts. J'ai ma personnalité bien à moi et elle fait assez peu de mystères pour ceux qui m'entourent. Je suis un ascenseur émotionnel à moi toute seule. Et ça, dis-toi que c'était avant que je décide de mettre un peu de piment dans ma vie en me prenant de passion pour l'entrepreneuriat.

Mais alors, qu'est-ce que j'ai compris du lien entre mon hypersensibilité légendaire et ma façon d'entreprendre ? Qu'est ce que là peut t'apprendre, à toi, sur ta sensibilité et l'entrepreneur que tu es ? 

L'entrepreneur, ce super héros des temps modernes 

C'est que, l'entrepreneur, il est fortiche. Tu comprends, il est intelligent. Il a une idée révolutionnaire (bien entendu, c'est l'idée qui fait l'aventure), il est brillant, ambitieux. Il est aussi coriace, courageux, compétiteur, performant. Surtout, il est robuste, surhumain. Au dessus du lot. 

Bon donc ça du coup, c'est pour la blague. Dans le monde réel, ce surhumain est surtout trop audacieux, créatif parfois incompris. Souvent, il est débordé, seul, stressé, pauvre, perdu. Il manque de confiance, il doute, il n'y croit plus. Il est peut-être devenu entrepreneur par hasard, par défaut, par peur, par envie soudaine. 

Surtout, l'entrepreneur n'existe pas, quelqu'il soit. Il y a les entrepreneurs. Les idées. Les entrepreneuriats. Les aventures. Les équipes. Les chances. Les hasards. Les rencontres. Les business models. Les clients. Les produits. Les changements. Les déceptions. Les victoires. Les personnalités.

C'est que, grâce à La Vraie Dose, j'en rencontre des entrepreneurs et de tous genres. Ce qui est franchement ultra coolos, on peut se le dire. Et je ne veux surement rien t'apprendre en te disant qu'il n'y a pas qu'un seul chemin possible.Je te le répète souvent d'ailleurs : je te donne des idées, des challenges, je te partage mes apprentissages mais tout cela n'est que mon histoire d'entrepreneur namoi. Que namoi.

"- Bonjour, je suis entrepreneur
- Enchanté, je suis la vraie vie"

Du coup, dans la vraie vie, on est nous. Avec tout le bagage que l'on se trimbale.L'entourage, quelqu'il soit. L'expérience professionnelle de 2 semaines, 2 mois, 2 ans, 20 ans. La personnalité. La sensibilité. Les histoires. Les apprentissages.

Du coup, tu choisis d'entreprendre. Tu apprends à entreprendre. Tu deviens entrepreneur. Une chose est sûre, ce n'est pas parce que tu entreprends que tu vas changer. Ton projet ne te rendra pas plus ceci ou moins cela. Tu vas simplement t'adapter pour évoluer. Ton monde ne sera pas différent. Il s'agira désormais dejongler avec les mêmes éléments qu'avant mais en ne restant cette fois que sur un seul pied. 

Finalement, l'entrepreneuriat, c'est aussi juste un autre choix de vie. Juste un autre job. Mais tout cela se passe dans la vraie vie. Pas dans une émission de la rubrique économique de M6 ou sur les sites d'entrepreneuriat. Du coup, tu seras toujours toi mais avec un nouveau projet sous le bras. 

10h02 Je ne vais jamais y arriver
10h04 mon dieu c'est une opportunité de folieeee
10h05 Attends, mais ça va être chaud nan ?

Alors, si toi aussi tu as vécu plus d'émotions un lundi matin entre 10h et 10h05 que sur les 10 premières années de ta vie, lève le doigt ! Que vois-je ?? Oui, je le remarque, toutes les mains sont levées, yeahhhh

Donc, à quelques dimanches près, le tempo entrepreneurial se veut plutôt rythmé, plutôt endiablé. Tu as peur de l'ennui ? Avec l'entrepreneuriat, tout ça, c'est bel et bien fini ! De ta plus petite victoire à ta plus insupportable casserole, tu vis une nouvelle vie par année entrepreneuriale. Enfin, professionnellement au moins... 

Bref, je ne t'apprends rien si je te dis que l'entrepreneuriat est un trajet infini dans les montagnes russes émotionnelles de l'entrepreneuriat. Il y a même de grandes chances que ce soit pour cela que tu t'es inscrit à La Vraie Dose et que tu lis mes billets chaque lundi. Car j'ai tout simplement commencé par mettre les pieds dans le plat et t'avouant que pour moi aussi, l'entrepreneuriat, c'était juste un choc émotionnel par heure minimum !

Alors, du coup, ça m'arrange pas car j'arrive déjà très bien à faire des montées et descentes émotionnelles de qualité, si si je t'assure

Rentrons dans le vif du sujet : mes galères émotionnelles personnelles. Si tu cherches quelqu'un qui prend tout à coeur, qui s'implique trop, qui pleure devant un reportage télé toutes thématiques confondues, qui rit à des blagues premiers prix... Hellooo, I am Sarah.

C'est que là, comme ça, sur le papier, tu te dis, faut qu'elle s'apaise la petite. Tu te dis pas forcément que l'entrepreneuriat, c'est le meilleur choix professionnel pour elle. Son coeur va lâcher, on y échappera pas. Faut quand même être un petit peu fracassé pour se dire qu'entreprendre est une riche idée quand on vit dans ma tête.

Mais est-ce que le chemin entrepreneurial ne commence pas par se faire confiance (même si dans ta tête y'a un petit ping pong sympathoche qui s'organise entre la team "je ne vais pas y arriver" et la team "easyyy, j'ai pas peur") ? Et puis surtout, est-ce qu'il n'y a qu'une seule personnalité capable d'entreprendre ? Est-ce que les cartes sont distribuées à la naissance et après chacun fait son jeu ? J'ai envie de te répondre non mais bon je suis un peu juge et partie.

La vache, mais j'avais toutes ces ressources en moi depuis le début ? 

Toutes les expériences de la vie font évoluer, voir les choses différemment, grandir. Et l'entrepreneuriat, en terme d'expériences de la vie, c'est pas dégueu. Nan, nan franchement, on en a pour notre argent.

L'autre jour, je réfléchissais en te préparant quelque chose que je te dévoilerai bien plus tard (héhé) et j'ai remarqué à quel point l'entrepreneuriat représente un cheminement personnel de dingue. 

Je ne sais vraiment pas ce que tu en penses, mais j'ai vraiment l'impression que l'entrepreneuriat m'apprend pleins de trucs sur moi que j'ignorais. Des qualités, des défauts et surtout des ressources inespérées.

Par exemple, je me trouvais souvent d'un pessimisme insupportable et, en entreprenant, je me suis découverte un optimisme de dingue. Genre, vraiment, en moi j'avais le "Nan mais je m'en fous, c'est possible". Nan mais ça sort d'où ce truc ? C'était là dedans depuis le début ? Nan parce que franchement personne ne m'avait prévenue...

Mais alors, c'est quoi le rapport avec l'hypersensibilité ma bonne dame ? Et bien sache cher ami que l'être hypersensible est aussi doué de pleins de belles choses, super pratiques à avoir sous le coude pour devenir entrepreneur de l'extrême. 

Oui ton hypersensibilité te chatouille. Elle t'a même un peu fait prendre peur le jour où tu t'es dit "allez je monte ma boite". Tu t'es dit qu'elle risquait peut-être de trahir tes ambitions d'entrepreneur. Mais tu n'es, forcément, pas que ça. Tu as pleins d'autres traits de personnalité trop géniaux pour entreprendre que tu ne soupçonnes même pas et qui t'ont peut être même été offerts par ton hypersensibilité...

Mon hypersensibilité, l'ingrédient secret de ma carrière d'entrepreneur !

Je crois qu'en fait c'est ça mon truc, mon petit truc, ma "secret sauce" : mon hypersensibilité. Ce truc qui chatouille le bidou avant la lecture du moindre mail, ce truc qui me donne l'impression que chaque victoire est une avancée interplanétaire et que chaque difficulté vaut trois fois le mont blanc.

Parce que du coup, mon hypersensibilité, c'est aussi ce qui fait que je m'intéresse au monde qui m'entoure. Que je regarde ce qu'il se passe autour de moi, que je me demande comment ça va pour les autres. Bref, je fais joujou avec ma copine l'empathie et j'y tiens fort fort fort à cette belle amitié tu comprends. Du coup, c'est plutôt pas mal d'analyser son environnement, de faire attention à ce qui se trame autour de soi quand on décide d'entreprendre, nan ?

Et puis, je crois même que mon hypersensibilité a clairement déterminé ma façon d'entreprendre. Déjà, avec tous mes petits projets entrepreneuriaux bisounoursde type La Vraie Dose où je veux envoyer du "kiff" aux gens, tu vois bien que ça m'anime même dans mes idées entrepreneuriales. 

Fais-moi plaisir, dis-toi que ta sensibilité, c'est ta grande pote

Je ne vais clairement pas me priver du parti pris qui me brûle les lèvres : selon moi, ta sensibilité est ultra précieuse pour ta carrière d'entrepreneur qui s'annonce. Que tu sois hypersensible ou pas. Que tu aies jusqu'alors écouté ta sensibilité ou pas. Que tu en sois fier ou au contraire gêné. Je te jure qu'elle va te servir.

Déjà, faut bien se le dire, ta personnalité est là et elle ne changera pas demain. L'entrepreneuriat, ça fait apprendre, avancer, ça va vite. Mais tu ne deviendras pas une autre personne. Peut-être une version de toi améliorée (mais en vrai t'es déjà très bien là comme ça). Donc ta sensibilité est ce qu'elle est. Autant jouer avec, et ce avec panache !

Si aujourd'hui, j'ai décidé de t'en dire un peu plus sur moi, au sens la personne que je suis, c'est pour te partager mes pensées à propos de toutes ces histoires de sensibilité. Parce que pour moi, il ne fait aucun doute que l'entrepreneuriat est aussi un cheminement personnel durant lequel on apprend autant à assumer sa personnalité que ses ambitions personnelles (et franchement peu importe le projet). 

Je ne suis en rien coach de vie, gourou de développement personnel. Je me suis juste regardée d'en haut pour voir un peu comment je marchais et j'ai réalisé que mon hypersensibilité a vraiment été au coeur de tout ce que j'ai vécu durant cette première année d'entrepreneuriat, que cela me plaise ou non finalement ! 

Et je crois que, dans le fond, tout ce que je viens de te raconter s'applique à peu près à n'importe quel trait de personnalité. Que cette grande impression d'incompatibilité d'humeur entre l'entrepreneuriat et la personne que tu es, n'est qu'une illusion car on ne démarre jamais avec toutes les cartes en main dans la vie de toute façon ;)

Et surtout, pour recevoir chaque lundi à 7h ta Vraie Dose d'énergie entrepreneuriale (et donc ne plus manquer aucune newsletter de LVD), tu peux t'inscrire juste là :

Sarah François