La Vraie Dose 73 x Lauriane fondatrice de Talenty - "Mes 1001 vies entrepreneuriales et leurs questionnements à contre-courant"


ÉDITO

"Cette bonne vieille fatigue automnale un peu déboussolante qui vient en réalité saluer le chemin parcouru"

Voilà une semaine que je suis littéralement, dans les vapes à courir derrière les prouesses de mon projet entrepreneurial. C’est que mon “moi” du présent, légèrement fracassé, assume l’agenda automnal érigé par mon “moi” du passé, animé par la folie de la rentrée. Depuis lundi dernier, je suis juste fatiguée. Et comme toute être entrepreneurial dopé à l’adrénaline de son projet, je n’ai pas compris pourquoi. J’ai alors creusé, cherché 1001 façons d’écraser cette léthargie soudaine : de l’ampoule de vitamine D (à moitié cassée sur mon plan de travail donc à moitié ingérée certes) à la micro-sieste (avec sa maxi panne de réveil en guise de bouquet final) en passant par la méditation contemplative, tout y est passé. Pourtant, le drame était là : cette fichue première ressource de mon projet, dénommée moi-même, avait définitivement aquaponey et n’était donc guère disposée à reprendre du poil de la bête. Bon, est-ce qu’il faut vraiment appeler la clinique des entrepreneurs pour réaliser que si mon corps d’humaine  entrepreneure n’est pas très coopératif, c’est parce que j’ai en 1er lieu un peu oublié de coopérer avec lui en mettant des paillettes dans sa vie de type : sommeil suffisant, alimentation convenable, activité physique et toutes ces autre folies. Crois-moi que parfois, j’aimerais tant être un hashtag d’instagram (#HealthyEntrepreneurDuLundiAuDimancheBecauseJai72heuresDansUneJournée par exemple) plutôt qu’une entrepreneure de la vraie vie, histoire de faire les choses bien.

Puis, je me suis posée 2 secondes et j’ai regardé mon mois de septembre. Que dis-je mon année entrepreneuriale de septembre (la bise à notre échelle du temps rien qu’à nous <3). En un mois, j’ai lancé le nouveau format de la newsletter (avec tout le foin de communication et de “est-ce que les gens de la LVD family ils vont aimeeer"), j’ai amorcé de nouvelles collaborations, j’ai achevé certains accompagnements LVD “J’incarne et je fédère” et en ai amorcé de nouveaux (avec tout le lot de fougue émotionnelle assortis pour chaque projet / entrepreneur accompagné même SI ON A DIT QU’IL NE FALLAIT PAS S’ATTACHER BON SANG), j’ai dû donner vie à une 100aine d’heures de création de contenus (tu connais la comm hein, le truc que t’as du mal à quantifier / considérer comme du vrai travail parce que C’EST QUE DE L’AMOUR mais en fait c’est 50% de ton temps). Ah et puis, j’ai animé ma 1ère conférence avec une aisance préalable proche de - 8000, le projet qui doit continuer à tourner derrière même si toi pendant quasi 1 semaine tu arrêtes tout et la phase post-conférence où tu dois digérer l’affaire (note à moi-même “j’aurais du faire ci, j’ai mal dit ça” n’aidant que très peu la digestion). Alors, à l’échelle du développement de l’espèce humaine rien de tonitruant, d’ailleurs même à l’échelle de ma vie, ce mois de septembre 2019 aura vraisemblablement la bouille d’une goutte d’eau. Sans parler du fait que globalement, en ce mois de septembre sain, tous les entrepreneurs ont pris cher (d’ailleurs je t’envoie plein d’amour pour tout ce que tu as accompli / débroussaillé dernièrement) mais parait-il que le nombrilisme donne un teint de pêche.

Et tu sais quoi ? Ce “nombrilisme”, je crois qu’il est ok . L’année dernière, à la même période j’étais dans ce même état post “je m’en suis demandée bien trop pour de toutes petites semaines de rentrée”. Pourtant mon projet avait à peu près 10 fois moins d’ambition, de puissance, de résonance qu’aujourd’hui. Et l’an prochain à la même période, en lisant ces lignes, j’aurais sans doute l’impression que je suis en direct d’une belle noyade dans un verre d’eau (spoiler alert : j’aurai raison). Cette chouinerie passagère, cette fatigue mystère, c’est mon corps, mon super allié (tu vois Sarah, fallait pas taper), qui m’alerte. Qui nous alerte. C’est l’appel de la réalité, c’est ce qui nous dit “t’en as déjà beaucoup fait, calme-toi, tu nous pourras pas y aller à ce rythme là tous les mois sinon au 31 octobre, il n’y aura plus personne”. Je crois que cette fichue fatigue automnale que l’on adore détester, elle nous avant tout une chose : “c’est bien ce que vous avez fait mais calmez-vous maintenant, respirez un grand coup et dites-vous bravo d’avoir encore déplacé des montagnes avec un cerveau et quelques mains”.


Sarah,
“La fille de La Vraie Dose là”
Psychologue de comptoir des entrepreneurs bien décidée à te conter ses vulnérabilités humano-entrepreneuriales pour libérer les tiennes <3


LES ACTUS DE LA LVD FAMILY

Bon Gros Café LVD #4 (qui aura lieu le 18/10) : l'entrepreneuriat & la relation à l'argent

Les bons gros cafés LVD ? Chaque mois ou presque la LVD family se réunit autour d'un café pour papoter d'une vrai sujet bien "pieds dans le plat" de l'aventure entrepreneuriale. 

Pour ce 4ème RDV qui aura lieu le 18 octobre prochain dans le nid douillet de la LVD family "le 8 Petion", je te propose d'aborder une nouvelle thématique bien "entrepreneuriat nature peinture" : l'archeeent !

Pour mieux comprendre l'ambiance de ce bon gros café et réserver ta place : rdv sur la billetterie !

Bon Gros Café LVD 4 : L’entrepreneuriat et la relation à l’argent

Bon Gros Café LVD 4 : L’entrepreneuriat et la relation à l’argent


La Vraie Dose 73 x Lauriane fondatrice de Talenty - "Mes 1001 vies entrepreneuriales et leurs questionnements à contre-courant"

La Vraie Dose 73 x Lauriane fondatrice de Talenty - "Mes 1001 vies entrepreneuriales et leurs questionnements à contre-courant"

Au Café LVD avec Lauriane fondatrice de Talenty

Au Café LVD avec Lauriane fondatrice de Talenty


Tu peux cliquer ICI ou sur l'image pour accéder au nouvel épisode "d'Au Café LVD", podcast privé réservé à la LVD family  :)

Chaque semaine tu retrouveras dans ta newsletter l'épisode de la semaine d'Au Café LVD ! J'ai délibérément choisi de faire d'Au Café LVD un podcast privé, exclusivement réservé à la LVD Family et il ne sera donc pas référencé sur les plateformes d'écoute (ça veut dire que tu ne pourras pas le trouver sur Itunes, Spotify, etc, il te faudra ouvrir ta newsletter chaque semaine pour le découvrir) ! Je t'explique tout ça plus en détails au début de l'épisode !

LE POINT ASTUCE : Pour écouter l'épisode en streaming, une fois sur la page web du podcast (dont seuls nous avons le secret) clique sur le bouton violet de gauche "listen". Pour télécharger l'épisode sur ton téléphone ou ordinateur et l'écouter plus tard / hors connexion, clique sur le bouton de droite avec le symbole de la flèche vers le bas :)

Lauriane, fondatrice de Talenty

Lauriane, fondatrice de Talenty

LAURIANE FONDATRICE DE TALENTY

Aujourd'hui, Au Café LVD, la LVD family reçoit Lauriane Fondatrice de Talenty (avant Make It Now), 'le magazine en ligne pour les entrepreneur.e.s et curieux.ses'. 

L'histoire entrepreneuriale de Lauriane, c'est l'histoire de plusieurs ambitions professionnelles et entrepreneuriales qui ont appris à prendre leur place tour à tour. À la fin de ses études, son amour de la création artistique l'amène à devenir agent d'artistes freelance. Puis le hasard des rencontres et des opportunités l'invite à devenir salariée à temps plein, ce qui lui a fait vivre un cheminement et des questionnements un peu à contre courant dans une époque où la tendance veut que l'on soit d'abord salarié pour ensuite entreprendre. Quelques années plus tard, l'entrepreneuriat lui sourit de loin mais elle le vit cette fois le soir et le weekend tout en gardant sa casquette de salariée accomplie. Elle se découvre alors l'étiquette de slasheuse : elle a bien du mal à n'avoir qu'une seule vie professionnelle à la fois, elle se nourrrit d'inspirations  diverses et de rencontres. Voilà comment, en parallèle de son poste de responsable communication, elle lance son propre média. La logique entrepreneuriale aurait voulu qu'elle finisse par quitter son job salarié pour travailler sur ce nouveau projet à plein temps. Et si l'entrepreneuriat lui réservait un ultime rebondissement : intégrer son projet entrepreneurial au coeur de l'entreprise dans laquelle elle est salariée ? La nouvelle étape de vie Make It Now est en marche et elle s'appelle Talenty ! Bien plus qu'un changement de nom, c'est un projet qui change d'ampleur et d'ambition.


LES MAINS DANS LE CAMBOUIS

Au programme aujourd'hui : accepter le challenge de Lauriane et rencontrer une nouvelle personne par semaine pour faire grandir ton projet

Rencontrer des gens, ça peut changer ton aventure entrepreneuriale. Ça va complètement être le cas d’ailleurs. Sauf que c’est typiquement un truc qui ne se résout pas avec une formation ou un bouquin. C’est un truc un peu mystique des entrepreneuriats : on te dit qu’il faut avoir un réseau. Ok, c’est certain. Ok. Ok. MAIS COMMENT ? Là tu commences ensuite par suivre les conseils de Jean-Mi entrepreneur-influenceur des instagrams qui te dit qu’il faut aller dans tous les afterworks d’entrepreneuriat imaginables (puisqu’on rappelle que la jauge de temps de l’entrepreneur est infinie) et distribuer tes cartes de visite version 1 dégueue-moche (puisqu’on rappelle que sauter sur les gens en leur donnant de façon non sollicitée un bout de papier qui finira comme porteur de chewing usagé, ça marche du feu de dieu). Bon, puis tu captes, que ça ne va pas le faire pour multiples raisons selon ta personnalité, ton secteur d’activité, etc. Au passage, je fais une petite alerte timidité (c'est ok, c'est sexy, tout ce que tu veux), si tu ne me connais pas encore bien, sache que la personne qui écrit ces lignes a encore peur de parler à la boulangère. Pourtant ma timidité et moi, beh on rencontre des gens et, avec le temps, ne t'en fais pas, ça s'apprend

Alors, je pense qu’on pourrait collectivement tous établir une théorie sur l’art de se construire un réseau pour faire grandir sa vie d’entrepreneure. Je te propose aujourd’hui de te concentrer sur le conseil de Lauriane dans l’épisode d’Au Café LVD ci-dessus : rencontrer une personne par semaine. Bon alors, je passe vite sur le “nan mais moi c’est différent je n’ai pas le temps” (petite pensée pour Cécile, une entrepreneure de la LVD family qui parle de “slow living” et qui adore fracasser le “je n’ai pas le temps”). Une rencontre de 2 heures représentera 1.2% du temps de ta semaine. Selon une étude LVD Soffres, cela équivaut au temps que l’on passe fièrement sur les tâches suivantes “passer juste encore 5 mn sur Instagram… ah nan en fait ça fait 2 heures” ou “s’énerver sur ce mail qui m’a trop soulé.e là”. Sauf qu’une rencontre, elle, aura 100 fois plus d’impact. On en parlait notamment avec Célia dans La Vraie Dose 70 : le succès de sa campagne de crowdfunding a en grande partie reposé sur la demie tonne de cafés qu’elle a partagée avec des gens. En rencontrant quelqu’un dans la vraie vie, en lui parlant non pas de “comment que ça marche” mais plutôt “pourquoi que t’y crois”, tu en fait l’ambassadeur de ton projet. Or, l’ambassadeur de ton projet, c’est celui qui sera ou t’amènera peut-être ton client de demain ou ton partenaire de demain. Sans parler du bien que ça fait d’avoir un autre cerveau à dispo quand on entreprend seul face à son ordinateur qui marche un jour sur 2. Autorise-toi ce cadeau pour ton projet et toi ! Puis de base, on est tellement plus paramétrés pour se parler dans la vraie vie que par posts instagram interposés avec citation d'Oscar Wilde incluse.

PS : si t’as localisation fait qu’il y a peu de rencontres probables autour de toi, Skype ça marche aussi, c'est déjà super (je parle d’un point de vue état d’esprit et non pas technique, clairement). Ça te fera d’ailleurs d’autant plus du bien de rompre la solitude.

Quelques conseils mixant les expériences de Lauriane et moi :

  • Prendre le temps de t’intéresser aux gens avant de leur écrire pour les rencontrer, créer un 1er lien sur les réseaux sociaux pour comprendre la démarche histoire de ne pas arriver comme un cheveux sur la soupe (tu imagines comme j’aime d’amour les gens qui ne font même pas l’effort de s’inscrire à LVD mais qui me réclament d’office une interview simplement parce que j’ai l’air de mettre plein de projets en avant)

  • Envoyer le fameux mot doux pour demander une jolie rencontre en étant synthétique mais en personnalisant comme jamais (le copier coller à cet effet repoussant que seuls les entrepreneurs lourdos connaissent bien)

  • Se mettre dans une posture d’égal à égal : dans Au Café LVD, avec Lauriane on parlait justement du fait qu’il était peu judicieux d’écrire aux gens en mode fan boy / fan girl “j’aime trop ce que tu fais, je sais que je ne le mérite pas mais est-ce que tu pourrais m’accorder 3 minutes de ton temps s’il te plaitttttt”. Je dis ça mais je parle d’une amie bien sûr j’ai jamais fait ça moi..

  • Rencontrer des gens avec lesquels tu vas être à l’aise : je sais que c’est la mode de dire qu’il faut enfoncer des portes (tiens faut que j’écrive un édito là dessus) mais faut aussi s’écouter donc faire la différence entre la petite peur qui est ok et le truc où tu sais que tu n’es pas au bon endroit. Pour éviter de se la jouer fan boy/girl justement (point ci-dessus), va vers des gens qui ont d’une façon ou d’une autre un vrai truc à vivre avec toi

  • Entretiens le lien : voilà une belle utilité des réseaux sociaux, prendre des nouvelles des gens de la vraie vie. Essaie d’envoyer la balle dès que tu peux, de mettre tes rencontres en relation, c’est là que tu vas véritablement créer un écosystème autour de ton projet

  • Pars du principe que toutes les rencontres ont un sens : oui il y a évidemment des gens avec lesquels t’accroches plus que d’autres, oui il y a parfois des synergies plus évidentes entre 2 projets (et encore ça, seul l'avenir le dira). Pourtant toutes les rencontres apportent à leur façon si on le décide. Une fois j’ai entendu quelqu’un dire (je ne sais pas si c’était dans un bouquin, une conf, etc #LexactitudeCestLaVie) que “si tu as l’impression qu’une rencontre a été inutile, c’est que c’est toi qui as été inutile". Tout est une question de posture et de laisser la 1ère demie heure d’adaptation s’écouler : on peut vivre 2 rencontres bien différentes avec une même personne. Laisse-toi porter ;-)

Gentil rappel : ceci est un pavé subjectif à propos de mon sujet de coeur (les rencontres entrepreneuriales) basé sur ma propre expérience. Tu as ta propre personnalité et ta propre façon d’aborder des gens alors tu trouveras ton mode opératoire. Souviens-toi juste d’une chose : prendre le temps de parler de son projet et de ses racines, c’est juste le meilleur cadeau que tu puisses faire à ton entreprise et à toi-même. C’est tout sauf une perte de temps, c'est commencer à entreprendre avec de l'impact <3


La Vraie Pépite de La Vraie Dose 73 : le podcast “Être soi” de Julie Kinoko

La Vraie Pépite de La Vraie Dose 73 : le podcast “Être soi” de Julie Kinoko

Dans le podcast "Être soi", Julie Kinoko te propose des réflexions personnelles et entretiens-invités autour de l’entrepreneuriat et du développement personnel. La philosophie de ce podcast est, je crois, d’aider les auditeurs, à se trouver tant personnellement que professionnellement car l’un ne va jamais sans l’autre. Je crois que c’est aussi un journal de bord qui témoigne de toute l’avancée du cheminement d’humaine entrepreneure de Julie. Ce podcast assume ses partis pris, ses discussions sincères et t’as déjà un demi kilomètre d’épisodes à écouter. Ambiance authenticité entrepreneuriale garantie !

Commencer à écouter le podcast "Être soi" de Julie Kinoko


Tu veux recevoir chaque lundi matin directement dans ta boîte mail, La Vraie Dose, le magazine-newsletter pour entrepreneurs qui remet de la bonne humeur dans ton lundi matin ?


Sarah François