[LVD #40] "Mon entreprise et moi sommes deux personnes différentes"

Tu le sais peut-être, j’ai toujours eu un sérieux dada, une conviction personnelle (fondée sur une étude scientifique LVD totalement subjective construite autour d’un échantillon non représentatif) :chaque projet entrepreneurial est la continuité de son entrepreneur. C’est un vrai truc que j’ai ressenti littéralement à chaque café entrepreneurs que j’ai partagé. En écoutant parler les entrepreneurs que je rencontre, parfois je laisse mon cerveau s’évader et en les regardant je me le dis : “c’est clairement son projet”.

La Vraie Dose 40 : “Mon entreprise et moi sommes deux personnes différentes !”

La Vraie Dose 40 : “Mon entreprise et moi sommes deux personnes différentes !”

“J’ai toujours eu un sérieux dada, une conviction personnelle (fondée sur une étude scientifique LVD totalement subjective et un échantillon non représentatif) : chaque projet entrepreneurial est la continuité de son entrepreneur”

Tu le sais peut-être, j’ai toujours eu un sérieux dada, une conviction personnelle (fondée sur une étude scientifique LVD totalement subjective construite autour d’un échantillon non représentatif) :chaque projet entrepreneurial est la continuité de son entrepreneur. C’est un vrai truc que j’ai ressenti littéralement à chaque café entrepreneurs que j’ai partagé. En écoutant parler les entrepreneurs que je rencontre, parfois je laisse mon cerveau s’évader et en les regardant je me le dis : “c’est clairement son projet”.

Puis, bon, pour changer, si je m’arrête 2 minutes sur mon cas, je peux le dire : La Vraie Dose c’est moi (comme dirait l’autre). Alors, entendons-nous bien, l’idée de lancer une newsletter qui envoie un bon coup de boost aux entrepreneurs le lundi, un tas de gens auraient pu l’avoir, (voire l’ont eue) et ils auraient sans doute fait un truc génial. En revanche, La Vraie Dose, telle que je la rédige et tout ce que je construis autour, cette façon de faire les choses là, elle ne peut-être que de moi (on en revient toujours à cette histoire que ce ne sont pas les idées qui comptent mais ce que l’on en fait).

Alors, j’aurais pu t'écrire une jolie vraie dose en t’expliquant à quel point c’est formidable d’avoir un projet entrepreneurial qui te ressemble. D’ailleurs, tant que j’y suis là, pour être passée en premier lieu par un autre projet entrepreneurial qui me ressemblait un peu moins, je te confirme que c’est un doux bonheur et que tu peux vraiment être fier de ça.

J’aurais même pu te mijoter un pavé pour t’expliquer à quel point je suis heureuse d’avoir un projet très incarné humainement : je signe chaque newsletter, je parle à la première personne, tu vois ma tête un peu partout (et un peu dans tout ces états). J’en profite également pour préciser que j’ai rencontré des entrepreneurs qui avaient fait le vrai choix de ne pas du tout incarner leurs entreprises et ces dernières s’en portent tout aussi bien ! Donc chacun fait comme il sent bien entendu !

“C’est vrai que quand t’y penses ton entreprise et toi vous partagez tout, vous avez un cerveau pour deux, vous passez clairement tout votre temps ensemble, son siège social est ton salon…”

Seulement voilà, je t’écris les newsletters au fil de l’eau et surtout au fil de tous mes questionnements entrepreneuriaux (ouais j’avoue que je profite un peu de LVD pour faire ma thérapie dans la foulée). Et, en ce moment, je réfléchis pas mal à ce côté “mon projet c’est moi”. C’est vrai que quand t’y penses ton entreprise et toi vous partagez tout, vous avez un cerveau pour deux, vous passez clairement tout votre temps ensemble, son siège social est ton salon… Sans compter que dans l’entrepreneuriat, il se fait très à la mode de répéter “mon projet c’est ma vie, ma passion, mon oxygène”. La mesure, toujours, la mesure !

Je vais être honnête avec toi (comme si j’avais besoin de te prévenir hein), pour beaucoup d’entrepreneurs que j’ai rencontrés et pour moi aussi, parvenir à prendre de la distance par rapport à son projet entrepreneurial, ça a un peu l'air d'être un gros morceau quand même. Nos projets, on les a conçus, fabriqués, rêvés, on a beaucoup donné (de temps, de travail, d’énergie, d’argent, etc). D’autant plus que dans la personnalité de l’entrepreneur, il y a souvent ce petit quelque chose de passionnel qui fait tout le foyer de notre fougue entrepreneuriale !

Sans parler du fait que pour le commun des mortels non entrepreneurs, ton entreprise et toi, vous êtes quand même pas mal la même personne quoi. Bon, je ne m’arrêterais pas sur ceux qui pensent que ton projet entrepreneurial n’est vraiment que dans ta tête (donc là du coup y'a vraiment qu'une personne à leurs yeux) car le lundi matin, c’est bien d’avancer dans la vie de bonne humeur.

Je fais plutôt référence à ce moment où tu es encore sur le pallier, prêt à déboutonner sous peu ton manteau et que la fameuse “Question Qui Pique Mon Entrepreneur” (dont on a déjà parlé / rigolé) déboule en force “Alors, ça en est où ton projet ?”. “Alors, moi ça va mais je t’avoue que là je sors d’une petite grippe là tout doucement.”. C’est ça d’être la cause “entrepreneuriat et autres exotismes professionnels de la famille / des copaings”, notre folle vie entrepreneuriale intrigue !

“il arrivera sans doute un moment où pour nos entreprises comme pour notre épanouissement personnel, le cordon entrepreneurial, on aura bien envie de le rompre.”

Du coup tu vois, en y réfléchissant, je me dis que sortir de cette schizophrénie entrepreneuriale de type “je suis mon entreprise et moi en même temps”, ça peut vraiment avoir du bon. Je te rassure, moi-même en l’écrivant, j’ai l’impression que ça sonne un peu “contre-intuitif” parce qu’un projet entrepreneurial, c’est quand même au départ une grosse aventure de vie d’un entrepreneur.Pourtant il arrivera sans doute un moment où pour nos entreprises comme pour notre épanouissement personnel, le cordon entrepreneurial , on aura envie de le rompre bien comme il faut.

À vrai dire, je commence à beaucoup réfléchir à tout cela avec La Vraie Dose. Je réalise que je suis dans une phase où j’ai envie d’emmener mon projet plus loin, une phase où La Vraie Dose ne serait plus uniquement Sarah ! Pour faire grandir mon projet et aussi pour éviter une forme de lassitude d'un peu tout le monde (toi et moi).

C’est d’ailleurs ce que je souhaite faire avec le format Les Vrais dans lequel  je laisse la place le temps d’une newsletter à d’autres “entrepreneurs de la vraie vie” pour que tu puisses partir à leur rencontre. L’entrepreneuriat est pluriel, c’est une aventure qui ne résonnera pas forcément de la même façon d’une même personne à l’autre alors il faut plusieurs plumes pour la raconter. Je t’avoue que c’est un vrai défi car je cherche comment parfois laisser la place à d’autres entrepreneurs tout en conservant tout ce qui fait l’atmosphère et l’énergie de la newsletter.

C’est un moment bien chaud patate que d’arriver à petit à petit déléguer, lâcher un peu prise sur le projet que l’on a pourtant construit. Pourtant, c’est une vraie façon de préparer son avenir. Je sais que c’est tout flou (en tout cas de mon côté) mais laisse-toi rêver un peu. Imagine-toi que ton projet a autour de lui toute une équipe. Il sera de temps de déléguer, de transmettre, de laisser de la place.

Alors, oui de toi à moi, on peut le dire, nous sommes complètement persuadés que personne d’autre ne saura gérer ne serait-ce qu’un tout petit bout de nos projets entrepreneuriaux aussi bien que nous (spoiler alert : très probable que ce soit faux voire que les gens nous tenant compagnie s'en sortent encore mieux que nous sur un tas de sujets). Pourtant, ça vaudrait le coup de préparer ce terrain là, en rêvant tranquillement d’un projet un peu plus grand. Parce que, au passage, pour se motiver ou même juste se faire plaisir, visualiser le succès entrepreneurial qui te correspond, ça ne peut que te faire du bien !

"Pour son épanouissement personnel, et donc entrepreneurial (et donc pour son entreprise), ça a vraiment du bon de ne penser qu’à soi, de n’être que soi de temps en temps."

Puis bon, pour son épanouissement personnel, et donc entrepreneurial (et donc pour son entreprise), ça a vraiment du bon de ne penser qu’à soi, de n’être que soi de temps en temps. Par "soi", je parle là tout simplement de toi, l'être humain, tu sais, celui qui était là avant toute cette folle histoire d'entrepreneuriat ! 

Alors, vraiment hein, on est à l’aise là dessus, j’admets que c’est un gros défi car pour trouver le bouton off du cerveau d’entrepreneur faut y aller. Donc pas de pression mais juste un peu de réflexion : est-ce que la personne là qui a donné vie à ce projet entrepreneurial tout foufou, elle va bien ? Elle était là en premier quand même, faudrait voir à ne pas oublier de la chouchouter !

Et pour le commun des mortels non entrepreneurs qui a envie de vivre une aventure entrepreneuriale à chaque fois qu’il te croise, et bien, je vais te redonner le conseil qui marche vachement bien dans ma vie à moi (on en avait juste parlé dans la newsletter repartagée plus haut "Alors, ça en est où ton projet ?") : expliquer que comme toute personne sur terre, et même si t’es animé par la fougue entrepreneuriale donc t’as l’air d’avoir une vie professionnelle complètement galvanisante, toi aussi, il y a des jours où tu n’as pas envie de parler boulot ! Simplement, tu seras toi !

Il y a quelques semaines j'ai participé à un atelier sur la confiance en soi avec que des gens qui ne se connaissaient pas entre eux, à la base pour rendre service à une copine entrepreneure (y'a des services que j'aime vraiment bien rendre). Pour se présenter, on devait répondre à des questions qui n'avaient rien à voir avec le triptyque habituel "Prénom / âge / profession". Et ce n'était pas désagréable de ne pas avoir l'étiquette de l'entrepreneure de service (même si bizarrement d'habitude je l'adore) et de juste me présenter par des traits de ma personnalité !

💪 Ton challenge de la semaine : passer un moment où tu n’es que toi et ton projet n’existe pas !💪

Ton entreprise tu la connais bien et de longs moments où tu n'es occupé que d'elle, t’as du justement en connaître plus d’un. Alors sans se mettre aucune pression d’équilibre parfaitement réussi entre la vie personnelle et la vie professionnelle, je te propose tout simplement de vivre un moment pour toi, seul ou pas, tu fais ce que tu veux mais où ta vie entrepreneuriale n'est point.

L’unique règle du jeu : tu ne parles pas de ton projet entrepreneurial et tu transmets le message à toute personne te tenant compagnie. Juste histoire de te reconnecter un peu avec toi même ! On a toujours cette impression que l’on n’est incapable d’éteindre nos cerveaux d’entrepreneurs (c’est un sacré défi que je connais bien) jusqu’au jour où à force d’essayer, on finit par y arriver ! Je dis bien “on essaie” et pas  “on se met la pression si on n’y arrive pas du premier coup”. Puis bon, rappelons-le, arriver à prendre du temps pour soi de qualité où l’on se détend vraiment, même si l’on pense encore à son projet, c’est déjà pas mal !

Bon, avec tout ça, ça ne te dirait pas de recevoir ta vraie dose hedbo d’énergie entrepreneuriale directement dans ta boite mail chaque lundi ? Histoire de prendre confiance en ton génie d’entrepreneur quoi !

Sarah François