[LVD #32] Le petit coup de fatigue de l'entrepreneur, on en parle ?

Cette semaine, il m’est arrivé un truc : le gros coup de fatigue en règle du mois de novembre. Celui  que l’on aime et que l’on chérit tant ! J’ai beaucoup réfléchi sur le sujet, je t’en ai même parlé sur Instagram. Et j’ai donc décidé d’y consacrer une vraie dose. D’abord parce que j’adore aborder dans la newsletter des thématiques que je traverse au même moment dans ma vie d’entrepreneure(histoire que ça sonne bien “vraie vie” comme on aime). Et surtout, parce que l’on m’a pas mal soufflé dans l’oreillette que j’étais loin d’être la seule concernée.

La Vraie Dose #32 : le gros coup de fatigue de l’entrepreneur, on en parle ?

La Vraie Dose #32 : le gros coup de fatigue de l’entrepreneur, on en parle ?

“Viens rajouter à ces festivités automnales, la vie trépidante de l’entrepreneur, et là, tu l’as face à toi : le gros coup de fatigue de l’entrepreneur.”

Déjà globalement, en dehors du monde des entrepreneurs (oui le monde obscure des autres gens), le coup de fatigue de l'automne se fait sentir pour un peu tout le monde finalement. Tu commences à bosser, il fait nuit, tu termines et il fait à nouveau nuit. Il fait froid. Tu découvres un nouveau microbe par mois, les impôts approchent…bref de base on est déjà sur une période propice à bon gros coup de fatigue.

Viens rajouter à ces petites festivités automnales, la vie trépidante(pour ne pas dire stressante parce que c’est moins choupinou) de l’entrepreneur, et là, tu l’as bel et bien face à toi : le gros coup de fatigue de l’entrepreneur. Celui qui en un instant, un peu sans raison, vient frapper à ta porte alors que tu commençais tout doucement à faire grandir ton “petit projet” (dans la vraie vie et dans ta tête aussi).

Faut dire que depuis septembre, entrepreneurs motivés et survoltés que nous sommes, nous étions lancés comme des fous furieux. Clairement, nous n’avons pas compté nos heures ni économisé notre énergie. C’est que seul ou même à deux, il y a tellement à faire que rien de moins simple que de prendre du repos. Sans compter que le moment merveilleux où la liste de taches à faire devient blanche écarlate… est un mirage. En revanche, pas d’inquiétude la liste répondant au nom de “tâches à faire pour hier”, elle est toujours chaleureusement peuplée.

“Sans parler des sempiternelles remises en question qui ne prennent jamais de congés pour venir faire la boum dans ton cerveau d’entrepreneur, 24h/24, 7j.7”

Surtout, un sujet dont on parle trop peu à mon goût, au delà de la fatigue physique, est qu’il y a une vraie fatigue psychologique à porter. Entre nous, je trouve d’ailleurs cette dernière bien plus lourde mais ça bien entendu, cela dépend de chacun. C’est que mentalement, on ne s’épargne pas non plus. Chaque jour, on prend confiance en nous et en notre projet entrepreneurial mais, il faut bien le dire, un peu dans la douleur. Toutes les semaines ou presque, on sort de notre zone de confort pour faire un truc nouveau  parce que bah… il n’y a pas tellement le choix en fait.

Sans parler des sempiternelles remises en question qui ne prennent pas de congés pour venir faire la boum dans ton cerveau d’entrepreneur, 24h/24, 7j.7. Elles, ne t’en fais pas, elles ne fatiguent jamais. Puis bon, au bout d’un moment, même en en riant, même en prenant du recul, même en prenant confiance en soi, elles peuvent toujours un peu heurter. Puis, dés qu’il t’arrive la moindre petite galère, elles deviennent 5 fois plus virulentes.

Quand est-ce que mon projet va décoller ?”, “Est-ce que je vais encore tenir longtemps comme ça financièrement ?”, “Est-ce que je vais être capable de gérer tant de choses seul ?”. Sans oublier la fameuse “Est-ce que je suis à la hauteur ?” donc je te parlais dans La Vraie Dose 30…Je pourrais encore ajouter des lignes et des lignes… Au bout d’un moment, ces remises en question permanentes commencent à faire bien mal à ton énergie entrepreneuriale (d’ailleurs, je réalise qu’il faut que je t’écrive des petites lettres histoire de leur faire un peu mal au popotin dès que possible).

Bref, on commence à la sentir venir, cette fatigue psychologique et physique. Sauf que c’est pas simple de l’écouter. On aurait bien envie de se dire “On est pas fatiguééééés - vous n’êtes pasfatiguéééés”. La rythmique n’est franchement pas dégueu, en revanche la philosophie derrière l’est un peu plus. Si, quand t’es fatigué, t’es fatigué. Et ignorer, son petit coup de fatigue c’est un peu comme ignorer de payer ses impôts (oui c’est un sujet qui m’anime en ce moment), ça va te revenir en pleine figure dans quelques temps avec les pénalités de retard ! Avec ta fatigue physique et psychologue, là aussi tu accumules une sacrée dette !

“Là, surgit LE bon conseil, mais si tu sais celui que l’on donne fièrement aux autres mais que l’on est parfaitement incapable de s’appliquer à soi même. Je veux parler du célèbre “mais enfin, il faut que tu prennes du temps pour toi”.” 

Alors là, normalement, surgit LE bon conseil, mais si tu sais celui que l’on donne fièrement aux autres pour briller dans les diners mais que l’on est parfaitement incapable de s’appliquer à soi même. Je veux parler du célèbre “mais enfin, il faut que tu prennes du temps pour toi”. Bon, déjà quand un conseil commence par “mais enfin, il faut que”, généralement, il est malaisant.

Puis bon, en fait, ce n’est pas parce que tu es entrepreneur que tu n’as pas envie de prendre du temps pour toi. Les entrepreneurs ont l’air un peu bizarres comme ça mais ils sont un peu comme tout le monde et ils aiment bien relâcher la pression de temps au temps aussi. C’est plus une question de possibilité que d’envie.

Tu le sais, les deux sponsors officiels de La Vraie Dose sont, par ordre d’apparition sont : la vraie vie de l’entrepreneur et le syndrome de l’imposteur. Du coup, c’est notre premier sponsor aujourd’hui qui va venir nourrir notre réflexion. Parce que clairement, je ne me voyais pas terminer cette lettre en te disant “Mais enfin , t’as compris, faut que tu prennes du temps pour toi, rien de plus simple dans une vie d’entrepreneur à l’emploi du temps non extensible, allez bisous”.

“D’abord, il y a cette pensée horriblement toxique avec laquelle chaque entrepreneur se bourre le crâne : “chaque minute que je ne passe pas sur mon projet est perdue à tout jamais”.” 

J’avais plutôt envie d’attaquer aujourd’huce qui, je pense, fait que l’entrepreneur ne prend pas de temps pour lui. D’abord, il y a cettepensée horriblement toxique avec laquelle chaque entrepreneur se bourre le crâne : “chaque minute que je ne passe pas sur mon projet est perdue à tout jamais”. Oui, on le sait que c’est bien stupide de penser ça, oui on serait même capable de dire à un autre entrepreneur qu’il ne faut surtout pas penser comme ça. Et oui, pourtant, on pense tous ça ou on l’a pensé à un moment donné.

C’est pas complètement faux. Quand tu démarres un projet, ta seule ressource, c’est très souvent toi. Et en même temps, c’est pas complètement vrai ou en tout cas pas complément pertinent car justement ta seule ressource c’est toi. Là tu te dis peut-être que je déraille mais je vais t’expliquer. Si tu pars donc du principe que tu es une des ressources les plus précieuses de ton projet (et t’as bien raison), soit tu adoptes une logique “court terme”, soit tu adoptes une logique “long terme”. Soit tu te dis, j’exploite ma ressource jusqu’à ce qu’elle se vide et ça risque d’arriver plus tôt que prévu. Soit tu te dis, “attend il faut que j’investisse sur moi”. Ce qui peut vouloir dire un tas de choses comme faire des formations, se construire un réseau pro mais aussi prendre du temps pour soi.

“Je te propose donc de faire appel à notre grande et délicieuse amie : “la théorie des petits pas”. Et ouais, parce que quand on entreprend, tout s’apprend et même savoir prendre du repos.”

Je sais que cette pensée toxique, c’est juste un calvaire pour la faire déguerpir (vraiment je te jure que je le sais) car elle est du genre insistante. Je te propose donc de faire appel à notre grande et délicieuse amie : “la théorie des petits pas”. Et ouais, parce que quand on entreprend, tout s’apprend et même savoir prendre du repos. Ça sert à rien de se dire, “allez je lâche tout et je pars une semaine”. Déjà, parce que dans pas mal de business, c’est pas franchement jouable. Ensuite, bon, y’a fort à parier que si tu fais ça, deux heures après ton arrivée sur ton lieu de villégiature, t’auras déjà ton portable dans une main et ton ordinateur dans l’autre.

D’ailleurs, en parlant de semaine de vacances, il y a un vrai point qu’il faut soulever et que tes bons potes, aussi bienveillants qu’ils soient ne prendront pas en ligne de compte lorsqu’il te diront “mais enfin, il faut que tu prennes du temps pour toi”. Ici, je veux parler d’un truc souvent utile pour se prendre un peu des vacances : l’argent. Et ouais, quand on monte sa boîte, on est rarement en train de rouler sur l’or. Donc pour les petits weekends dépaysants réservés au dernier moment, on repassera. Et c’est pas grave du tout, au contraire !

Du coup, qu’il s’agisse du temps que tu vas dédier ou du budget que tu vas allouer, pour cette prise de temps pour soi, on va y aller à petits pas. Surtout, on va y aller comme on veut nous. Parce que tu vois, trop souvent, on a cette fichue impression que par exemple le dimanche “c’est fait pour prendre du temps pour soi” et que le lundi, “c’est fait pour travailler”. Il faut se libérer un peu de tout ça.

“C’est dommage de faire du présentéisme un lundi matin devant son bureau et de se forcer à se détendre le weekend si c’est exactement le contraire qui te correspond.” 

Le moment pour prendre du temps pour toi, c’est celui que tu veux toi. Et celui que tu peux t’offrir. Par exemple moi j’adore bosser le dimanche parce que j’aime le fait de travailler, de réfléchir durant ce jour plus calme, moins intense. Ça ne veut pas dire que je ne peux pas prendre du temps pour moi un lundi aprèm ou un jeudi matin.

C’est dommage de faire du présentéisme un lundi matin devant son bureau et de se forcer à se détendre le weekend si c’est exactement le contraire qui te correspond. Franchement au début d’un projet entrepreneurial, il y a bien assez de galères pour ne pas profiter d’un des trucs coolos que tu as et qui est donc que tu peux organiser ton temps presque comme tu veux à quelques obligations près (dans la majorité des cas - les entrepreneurs possédant une boutique physique n'ayant pas cette chance) !

Finalement, le vrai truc pour prendre du temps pour toi c’est de décider quand, comment, pourquoi ce petit moment va avoir lieu selon tes envies et tes possibilités. Finies les suggestions des uns des autres. Tu fais l’activité que tu veux (ou même d’ailleurs tu ne fais juste rien), selon ton budget, ton temps disponible, tes goûts personnels, tes dispos par rapport à ton projet.

Par contre, une fois que c’est décidé, zou ça va directement dans ton agenda et ça n’en bouge pas. Ce temps pour toi, il ne peut pas être décalé ou du moins pas plus que n’importe quel “rendez-vous trop important de la mort qui tue”. Ce weekend, je viens de “poser un jour de congé” oui oui oui, pour le 6 décembre, parce que j’ai une journée sympa prévue et que je sais qu’elle me ressourcera tellement bien que je serai encore plus au taquet pour continuer à faire grandir La Vraie Dose ! Tans pis, si je dois bosser le weekend qui suit, c'est mon orga à moi !

💪 Ton challenge de la semaine : “Organiser le moment qui va te permettre de mettre ton cerveau d’entrepreneur en mode avion !” 💪 

Ce fichu coup de fatigue, il a l’air un peu casse-pied comme cela mais en fait il veut te dire un vrai truc au coin de l’oreille : maintenant il faut vraiment que tu t’organises un temps de repos. Et ce n’est donc pas par hasard que j’ai choisi la métaphore du "mode avion". Parce que c’est simple d’activer le mode avion de son téléphone (quoi que) et de le glisser au fond de son sac. C’est quand même autre chose de dire à son cerveau d’éteindre les notifications “questionnements relous”, “ah j’ai oublié un truc” et “faut que je prépare mon rendez-vous de demain.

Là du coup, une fois n’est pas coutume, je ne vais pas te donner une liste de façons de prendre du temps pour soi car cela n’aurait pas de sens. Commencer à prendre du temps pour soi, c’est commencer par se préparer le meilleur moment de détente selon ses possibilités et ses envies.

Il y a juste une chose que je voulais te dire : si tu veux commencer par juste prendre une ou deux heures pour toi, c’est déjà très bien! Parce que partir en weekend, c’est bien sympa mais ce n’est clairement pas à la portée de tous les entrepreneurs.  Puis même, au delà d’une histoire de budget, il vaut mieux savoir prendre une heure où tu coupes tout que de partir en weekend en stressant et en regardant son téléphone toutes les 5 minutes parce que deux jours d'absence c'était peut-être un peu trop pour ce business / cette période. Vas-y à petits pas :)

Par contre, une fois que tu sais, quand, comment, pourquoi, tu veux prendre du temps pour toi, alors là une seule chose à faire : le noter obligatoirement dans ton agenda. Je démarre tout juste à faire ça grâce à quelques copains-copines entrepreneurs qui m’ont glissé cette riche idée et je dois dire que ça m’a l’air archi efficace ! Alors, on tente ?

T’as envie de prendre confiance en ton génie entrepreneurial ? Cooool, alors, inscris-toi à la newsletter de La Vraie Dose pour recevoir chaque lundi ton shoot d’énergie et d’assurance entrepreneuriale :

Sarah François