[LVD #27] "Mais tu gagnes ta vie avec ton entreprise ?"

La sacro-sainte question de l’argent : il était temps que j’en parle nan ? Toi, comme moi on le sait bien, c’est quand même un gros morceau de l’entrepreneuriat. Alors pour aborder (une première partie de) cette petite thématique bien douillette, je te propose de célébrer le grand retour des “questions qui piquent mon coeur d’entrepreneur” avec la fameuse “Mais tu gagnes ta vie avec ton entreprise ?”. En langage écoles de commerce, tu entendras peut-être sa jumelle “Quel est ton business model ?”.

La Vraie Dose 27 : “Mais tu gagnes ta vie avec ton entreprise ?”

La Vraie Dose 27 : “Mais tu gagnes ta vie avec ton entreprise ?”

“Je te propose de célébrer le grand retour des “questions qui piquent mon coeur d’entrepreneur” avec la fameuse “Mais tu gagnes ta vie avec ton entreprise ?” “ 

La sacro-sainte question de l’argent : il était temps que j’en parle nan ? Toi, comme moi on le sait bien, c’est quand même un gros morceau de l’entrepreneuriat. Alors pour aborder (une première partie de) cette petite thématique bien douillette, je te propose de célébrer le grand retour des “questions qui piquent mon coeur d’entrepreneur” avec la fameuse “Mais tu gagnes ta vie avec ton entreprise ?”. En langage écoles de commerce, tu entendras peut-être sa jumelle “Quel est ton business model ?”.

Bon commençons par le commencement, oui la question “Mais tu gagnes ta vie avec ton entreprise ?”, revient très très souvent lorsque tu parles de ton aventure entrepreneuriale. Tu seras déjà chanceux si le terme “entreprise” est employé - les variantes “ton truc”, “ton idée”, “ton projet” sont davantage attendues. Mais nous, on construit des entrepriseson le sait et on y croit alors du coup on appelle bien une entreprise, une entreprise !

D’ailleurs, selon une étude scientifique du cabinet “La Vraie Dose”(toujours subjective et menée sur un panel non représentatif bien entendu), cette question sera posée dans les 30 secondes suivant la présentation du projet de ton entreprise. La statistique tombe à 10 secondes si comme moi ton entreprise n’est pas liée à la vente d’un produit physique mais à un truc plus foufou genre de la création de contenu pour les entrepreneurs sur les internets.

“Tu te demandes presque si la personne qui te la pose n’a pas l’impression de révolutionner ton entreprise en te disant “mais dis-moi t’y avais peut-être pas pensé mais faudrait que tu gagnes des sous avec ta boite !”. “  

Déjà, on peut se le dire, oui t’as le droit d’être un peu gavé que ce soit genre la toute première question qui surgisse. T’aurais bien envie qu’on te demande plutôt, quelle est ta vision / quelles sont tes ambitions, que l’on t’interroge sur “tes prochaines étapes” ou encore plus fou que l’on te fasse parler des quelques petites victoires que tu as déjà pu célébrer au cours de ton aventure d’entrepreneur !

C’est vrai que parfois, c’est un peu comment dire, étrange d’entendre cette question lorsque l’on est du côté entrepreneur de la force. Tu te demandes presque si la personne qui te la pose n’a pas l’impression de révolutionner ton entreprise en te disant “mais dis-moi t’y avais peut-être pas pensé mais faudrait que tu gagnes des sous avec ta boite !”. Nan bah nan t’en fais pas, j’attendais que tu me poses la question parce que là j’avais plutôt pour projet de vivre dans un carton pour l’éternité !

Donc oui dans les faits cette question est un peu reloue. Parce que tu trouves peut-être qu’elle est un peu limitée ou tout simplement car elle te ramène bien comme il faut à tes petites inquiétudes persos et tu t’en serais bien passé. Alors, j’ai bien envie qu’on la regarde droit dans les yeux et qu’on la dédramatise bien bien comme il faut ! Oui parce que t’as bien le droit à un petit moment de flottement intérieur mais une réponse bien souriante est fortement attendue à l’extérieur !

“La paranoïa de l’entrepreneur (genre voilà tu vois tout le monde veut me poser des questions reloues) t’a un peu mal aiguillé et en fait c’était juste de la curiosité bien placée” 

La première étape c’est déjà de comprendre pourquoi on te pose la question. Oui parce que dans les faits, à quelques exceptions près (et ces exceptions plus on en tient notre projet éloigné, mieux c'est), si on te la pose c’est vraiment pas pour te casser les pieds mais au contraire parce qu’on s’intéresse à ton entreprise, et donc à fortiori à sa capacité à vivre (voire on s'inquiète pour toi et on veut être sur que tu vas bien). Et oui, en fait, la paranoïa de l’entrepreneur (genre voilà tu vois tout le monde veut me poser des questions reloues) t’a un peu mal aiguillé et en fait c’était juste de la curiosité bien placée.

Tu sais, c’est exactement ce dont on avait discuté dans un précédent épisode de La Vraie Dosé lui aussi dédié “aux questions qui piquent mon coeur d’entrepreneur" : LVD 8 “Alors, ça en est où ton projet ?”. Si on te pose cette question de la rentabilité de ton entreprise, c’est très souvent parce que c’est tout bêtement la première question qui vient à l’esprit des gens quand tu leur présentes ton entreprise. Tu sais l'entrepreneuriat c'est tellement exotique par rapport à un CDI de salarié alors on se demande toujours comment ça fonctionne ce truc (et surtout comme ça fonctionne niveau sous...) !

Bah oui, tu vois, de l’autre côté du dôme de verre entrepreneurial, une entreprise c’est pas forcément un machin avec une vision, des petites victoires, une communauté tout ce que tu veux mais un gros truc qui fait des sous. Du coup comme toi tu veux faire une entreprise, bah, première question oblige, on va venir te demander si tu fais des sous et si t’en fais assez pour en vivre (oui parce qu’il y a souvent une confusion entre “entreprise rentable” et ”entrepreneur qui se paie” !

D’autant plus, qu’il y a sans doute pas mal de gens auxquels le pitch en une phrase de ton entreprise va pas spécialement parler car ils ne sont pas dans la cible. Et oui, tu aimerais atteindre la terre entière mais ça ne se fera pas en un jour (demain peut-être). Alors tedemander si ton entreprise fait un peu de sous, c’est la question la plus facile à poser pour tous les publics !

“Un entrepreneur c’est un mec ou une nana qui a une idée révolutionnaire et qui devient riche 6 mois plus tard"

Et puis, bon on en a déjà parlé mainte et mainte fois mais dans les médias, y’a encore deux trois mythes de l’entrepreneur qui trainent (c’est qu’ils s’accrochent). Globalement, si tu regardes Capital le dimanche soir sur la 6 (émission que j’aime plus que tout en vrai), et bah, tu te dis qu’un entrepreneur c’est un mec ou une nana qui a une idée révolutionnaire et qui devient riche 6 moisaprès (avec entre les deux trois levées de fonds et 100 employés recrutés).

Du coup toute la partie où les entrepreneurs se paient pas pendant les 12 premiers mois puis au SMIC (les mois où c’est possible) pendant les 2 années suivantes, c’est un peu le gros flou artistique. C’est un truc sur lesquels on se fait des blagues entre apprentis entrepreneurs (vaut mieux en rire) mais qu’on ose pas trop dévoiler au reste du monde. Pas sûr qu’il y ait beaucoup de gens assez tarés pour entreprendre après ça. Quoi, que finalement je le savais avant, suis-je folle ? D’entrepreneuriat sans doute… Breeeef

Clairement, ça va faire un an que je suis entrepreneure et je n'ai plus trop de doutes sur le fait que la vie très frugale de l'entrepreneur, ça reste un truc complément lointain pour la majeure partie des gens. C'est déjà compliqué pour les grands amoureux de la chaleur de la zone de confort, de comprendre ce que l'on va chercher nous l'entrepreneuriat... alors si en plus on fait pas de sous-sous... ! Autant te dire qui va falloir y aller avec pédagogie pour amener tes interlocuteurs du côté merveilleux de ton monde (parce que toi tu le vois ce côté merveilleux mais eux...) !

“Donc la mission, ça va être de se préparer à cette question, histoire d’y répondre avec le sourire et un truc un peu construit (au moins un peu).” 

Donc la mission, ça va être de se préparer à cette question, histoire d’y répondre avec le sourire et un truc un peu construit (au moins un peu). Sauf que là, tu vas me dire “bah oui mais pour l’instant je ne vis pas mon entreprise”. Soit parce que tu sais de quel façon tu vas gagner des sous mais que tu n'as pas atteint le seuil de rentabilité (artisanat, prestations de conseil, ecommerce, magasin, restauration, etc). Soit parce que tu t’es lancé dans un truc un peu bizarre comme moi où faut qu’à la fois tu lances une entreprise et que tu trouves un modèle de revenu dans la foulée (un média, une startup, une communauté, etc).

Bref, c’est un peu de l’art abstrait sur la partie modèle de revenu parce que c’est ça la magie de l’entrepreneuriat tu vois et que sans ça, on ne s’amuserait pas ! Mais du coup, même si nous dans notre tête, on a encore une idée vague (et je suis sûre que ça s’éclaircit de plus en plus) de quand et comment on va pouvoir vivre de notre activité (et peut-être faire vivre d’autres gens grâce à elle), super entrepreneurs que nous sommes, on va devoir faire bonne figure.

Comme d’habitude, je vais oser un parti pris parce que bon ce serait pas La Vraie Dose sinon. Souvent les modèles de revenu, c’est un gros machin compliqué même pour nous alors dis-toi que la personne en face de toi qui n’est pas du tout entrepreneur ou genre dans un secteur ultra éloigné, bah toutes tes contingences / tes réflexions / tes chiffres, ce sera du chinois pour elle. Exemple : "oui il me faut atteindre une masse critique de X abonnés pour attirer les annonceurs sur un partenariat de Y%. Du coup, je serai plutôt du genre à privilégier une réponse clé en main en mode “tous publics”.

“Sur la partie revenu aussi, je montre que j’ai l’air déterminé jusqu’à ce que je la sois vraiment.” 

Tu sais y’a un petit proverbe in english que j’aime fort fort fort, c’est “fake it until you make it” (littéralement fais semblant que ça existe jusqu’à / pour que ça existe vraiment - bonjour les traductions françaises de 6 kilomètres). Du coup l’idée c’est pas de lire le mot “fake” en mode, je fais une fausse entreprise, c’est du fake. C’est plutôt de se dire que sur la partie revenu aussi, je montre que j’ai l’air déterminé jusqu’à ce que je la sois vraiment.

Parce que même si c’est un peu flou encore pour toi la façon dont tu vas gagner de l’argent, c’est pas une super comm de le laisser transparaître aux autres (bien entendu sauf quand tu papotes avec des copains entrepreneurs). Surtout qu'entre nous, on peut se le dire,t'as vite fait d'être face à des interlocuteurs un peu dubitatifs par rapport à tes ambitions entrepreneuriales. Alors, autant monter qu'on y croit à fond histoire de calmer les doutes contagieux.

Tu vas donc prendre les idées mêmes lointaines, les chiffres mêmes s’ils sont encore vachement agrémentés de ton intuitionque tu as à propos de la façon dont tu vas rendre ton entreprise rentable et on va faire un petit cocktail bien sympa. Qu’on soit bien d’accord, si tu vas voir des investisseurs faut avoir des arguments un peu plus solides mais là on se prépare juste à affronter le commun des mortels.

Et simplement, là comme ça, à la question “Mais tu gagnes ta vie avec ton entreprise”, tu vas expliquer que pour l’instant ce n’est pas le cas (ou partiellement) mais que ce sera le cas grâce à ça, ça ou ça, ou encore que ce sera le cas à l’horizon de tel mois / telle année, avec conviction bien entendu.

Ce n'est ni un contrat, ni un engagement. Si ça se trouve, ton entreprise deviendra rentable d’une façon complément différentemais l’essentiel c’est d’avoir une réponse un peu solide (au sens d’avoir l’air solide quand tu le dis - tout cela c’est aussi de l’image) pour exprimer ta détermination et faire reculer les inquiétudes.

Pour te dire la vérité, je pense que c’est la question que j’entends plus par rapport à La Vraie Dose notamment car tout le gros sujet autour de la monétisation des contenus numériques, c’est encore mystérieux (chaines youtubes, communautés sur les réseaux sociaux, blogs, podcasts, newsletters, etc).

Et à ça j’explique que La Vraie Dose est un média pour les entrepreneurs et que de ce fait là, je souhaite intégrer des sponsors liés à l’entrepreneuriat. Et que comme c’est aussi un contenu digital, je souhaite aussi proposer un financement participatif facultatif (je t’en reparlerai) par sa communauté.

En attendant, j’explique avec transparence que je fais du freelance / conseil en création de contenus pour d’autres entreprises mais qu’il s’agit plus d’un revenu d’opportunité (ce qui veut dire en mot moins pompeux que ça me permet de vivre là maintenant mais que c’est pas de cette façon que je veux faire vivre La Vraie Dose sur le long terme). Et puis si ça se trouve, et bah, ce sera peut-être le conseil qui fera vivre LVD ou encore autre chose. Je ne sais pas mais ce qui est certain c’est que je sais quoi répondre à la question “Mais tu gagnes ta vie avec ton entreprise” !

💖💖💖💖💖

💪 Ton challenge de la semaine : mon kit de réponse spécial "Mais tu gagnes ta vie avec ton entreprise ?" 💪

Allez on arrête d'avoir peur de cette question qui pique nos coeurs d'entrepreneurs, on la regarde droit dans les yeux et on se prépare un petit kit de réponse clé en main !

Alors, en une ou quelques phrases, je te propose de transformer tes idées et intuitions en un bel argumentaire sur la rentabilité future de ton entreprise !

L'essentiel ? Avoir une réponse à donner à la question "Mais tu gagnes ta vie avec ton entreprise ?" et surtout avoir l'air d'y croire !

Exemples :
"J'augmente mes ventes de tant tous les mois en moyenne donc je pourrai me rémunérer à partir de telle date."
"Je veux proposer un système de contenus additionnels payants"
"Je vais prendre un pourcentage sur chaque transaction / mise en relations / etc.

Encore une fois, tu ne t'engages à rien en répondant à cette question simplement par une hypothèse. L'idée c'est de simplement inspirer que tu sais où tu vas, particulièrement sur la grosse thématique de l'argent ! Parce que l'entrepreneuriat, ça fait flipper tout le monde, alors si y'a bien une personne qui doit y croire, c'est toi ! 

💖💖💖💖💖

T’as envie de prendre confiance en ton génie entrepreneurial ? Cooool, alors, inscris-toi à la newsletter de La Vraie Dose pour recevoir chaque lundi ton shoot d’énergie et d’assurance entrepreneuriale :

Sarah François