[LVD #19] Mon projet aura bel et bien une ligne éditoriale !

Allez c'est parti, on attaque déjà, popcorn sous le bras le 5ème épisode de notre saga de l'été "bam je crée l'identité de mon projet et j'assume".

Juste pour te faire un petit rappel et placer les liens qui vont bien, je te remets ça là : dans le premier épisode on a appris à prendre nos projets au sérieux et à oser croire qu’ils avaient bien droit eux aussi à une identité comme leurs petits copains ! Dans le deuxième épisode, nous nous sommes vraiment lancés et on a appris à être l’affut d’un peu tout ce qui se passe autour de nous pour trouver l’inspiration (pas forcément la copine la plus présente, cette foutue inspiration). Dans le troisième épisodenous avons même baptisé nos projets entrepreneuriaux d'adorables petits noms ! Et voici voilou que dans le quatrième épisodenous nous sommes attaqués à l'identité visuelle de nos projets !

Pour cette 19ème newsletter, je t'invite à découvrir le truc qui me passionne le plus du plus du méga plus dans la création de l'identité d'un projetentrepreneurial : la construction d'une ligne éditoriale ! Alors avant de te dire que ça a l'air bien compliqué, que c'est trop tôt pour ton projet ou que tu vas jamais trouver les bons mots, suis-moi, voilà encore un sujet sur lequel j'ai décidé de te déstresser en beauté !
 

 La Vraie Dose #19 : Mon projet aura bel et bien une ligne éditoriale !

La Vraie Dose #19 : Mon projet aura bel et bien une ligne éditoriale !

“Nan parce que là en lisant “ligne éditoriale”, tu t’imagines plus un comité de rédaction de 35 journalistes en train de se torturer l’esprit […], que toi, jeune entrepreneur en pleine croissance en comité décisionnel avec toi même dans ton salon" 

Bon alors, tu commences à me connaître, tu sais que s’il y a bien un truc qui me fait kiffer dans la vie, c’est vraiment l’écriture (bon même si là techniquement je tapote sur mon ordi, tu vois bien ce que je veux dire). Alors du coup, après un premier projet entrepreneurial où je ne savais pas trop dans quelle direction je voulais aller, j’ai eu l’idée de ma petite Vraie Dose pour enfin libérer la plume “no bullshit” qui sommeillait en moi !

Du coup, me voici me voilà, avec un projet 100% basé sur de la rédaction contenu pour mon plus grand bonheur entrepreneurial. C’est ainsi que j’ai découvert, exploré, appris, trituré un sujet qui désormais me passionne : créer une ligne éditoriale.

Alors keskecédonc que cette affaire ligne éditoriale ? La ligne éditoriale c’est bêtement et simplement la stratégie que tu vas mettre en place pour parler à tes clients. Cette stratégie de haute voltige regroupe : le ton que tu vas utiliser pour parler à tes clients, l’univers éditorial que tu vas construire autour de ta marque, les supports de communication sur lesquels tu vas déployer cette ligne éditoriale et bien sûr ton calendrier éditorial (patience, je te dis tout plus bas)

Et, comme on pose le décor, j’en profite pour te le dire, il n’est jamais mais alorsjamais trop tôt pour construire sa ligne éditoriale. Nan parce que là en lisant “ligne éditoriale”, tu t’imagines plus un comité de rédaction de 35 journalistes en train de se torturer l’esprit sur les prochains gros titres, que toi, jeune entrepreneur en pleine croissance en comité décisionnel avec toi même dans ton salon. Ça fait “gros mot qui fait peur” quoi, un peu ! Nan mais bon disons-le !

Alors qu’en fait la “ligne éditoriale”… et ben c’est pour tout le monde. D’abord, et tu te seras peut-être fait cette réflexion en me lisant, chaque entrepreneur se construit instinctivement une ligne éditoriale sans même connaitre l’expression. Dés que le projet se structure un peu, on réfléchit vite à la façon dont on va parler à nos clients, aux supports de comm’ pour lesquels on va opter et pourtant on ne met pas l’expression “ligne éditoriale” derrière tant que l’on ne sait pas ce que c’est. L’avantage d’appeler une ligne éditoriale, une ligne éditoriale, ça va avant tout être de structurer tout ce qui relever jusqu’alors de l’instinct !

“Et bien pour notre histoire de ligne éditoriale, le point de départ n'est pas de se demander comment on va la construire, quels outils on va utiliser mais bien pourquoi on va mettre en place une ligne éditoriale et quels objectifs nous allons fixer derrière" 

Le point de départ de notre recherche d’une ligne éditoriale… est… attention… notre “pourquoi”. Hein ? Pourquoi quoi ? Est-ce que tu te souviens de la toute toute première newsletter de La Vraie Dose “Savoir pourquoi entreprendre et non comment”? (Si c’est pas le cas, tu peux aller sur ce joli lien pour la relire, elle t’attend toujours avec un grand sourire). Dedans, on s’était jurés un truc : toujours commencer par se demander pourquoi l’on faisait les choses. Ça pour chaque petite décision de nos aventures entrepreneuriales !

Et bien pour notre histoire de ligne éditoriale, le point de départ n'est pas de se demander comment on va la construire, quels outils on va utiliser mais bien pourquoi on va mettre en place une ligne éditoriale et quels objectifs nous allons fixer derrière. Au début de la lettre, quand je t’ai défini à ma sauce maison ce qu’était la ligne éditoriale, je t’ai parlé de “stratégie” (et ouais on a carrément des stratégies maintenant).

Du coup qui dit stratégie dit définir des objectifs et mettre ensuite en place les bons moyens pour les atteindre. Plutôt que : “j’aime bien les réseaux sociaux, je sens bien le jeudi donc je vais poster mes contenus que le jeudi, que sur les réseaux parce que voilà j’aime bien”. Le genre d'erreur qu'une certaine entrepreneure aurait pu faire sur son premier projet mais nan tu ne la connais pas voyons, on ne voit pas de qui je parle... !

Donc, faut trouver les objectifs de nos chères lignes éditoriales. Oui mais où c’est qu’on trouve ça hein ? Et bien figure-toi que si je te parle de ligne éditoriale au beau milieu de cette saga de l’été sur l’identité de ton projet,c’est parce que trouver ta ligne éditoriale fait partie intégrante de cette dernière. Alors, on va s’installer un bel atelier brainstorming comme on les aime (du genre de celui dont je te parlais dans la 17ème newsletter de La Vraie Dose “je trouve le petit nom de mon projet”).

Je te propose d’aller chercher tout ce que tu as réuni jusqu’ici sur la création de l’identité de ton projet. Par là, j’entends par exemple les beaux moudebordeux, bon d’accord les moodboards “mots” et “images” (tu sais les tableaux contenant les 10 mots et les 10 images que t’inspire ton projet comme on l’a fait dans la 15ème Vraie Dose) ou encore le portrait chinois (ça c’était le challenge de la 16ème Vraie Dose). Et puis, aussi, tout ce qui constitueta charte graphique avec ton logo, ta gamme de couleurs, tes typographies préférées… Bref, tout ce qu’on a concocté dans la lettre de la semaine passée. Là sous le nez tu as toute l’énergie de ton projet. C’est ainsi que tu vas petit à petit lui donner une ligne éditoriale, une voix.

Quel genre d’objectifs ça peut donner ? Alors, je vais te parler d’un exemple que je connais bien, la ligne éditoriale de La Vraie Dose. Mon objectif était d’offrir un contenu décomplexé sur l’entrepreneuriat pour que ceux qui démarrent puissent se reconnaître dedans. On a déjà là un premier point : le public auquel on s’adresse. Je voulais aussi être dans une atmosphère de grande proximité, je voulais que ma ligne éditoriale respire, même transpire, le côté “bonne copine entrepreneure”. Du coup mon deuxième objectif : créer un lien de proximité avec mes lecteurs, devenir leur amie-entrepreneure. Enfin, en me plongeant dans tous les travaux que j’avais fabriqués de mes mains concernant l’identité de mon projet, notamment au niveau du nom et de la charte graphique, j’ai vite compris que je voulais que le mot “énergie" pulse de partout ! On avait donc là le troisième objectif : créer un univers éditorial autour de l’énergie, insuffler un vrai shoot de vitamine.

“Il va falloir que dans ta tête, ton projet devienne une personne (et quelle personne) et que tu t’imagines sa façon de parler. “ 

Maintenant que l’on a nos précieux objectifs éditoriaux (on les aime, ils disent tout de notre projet), on peut se lancer sur le “comment” de notre ligne éditoriale. D’abord, en trouvant le ton de celle-ci. Si tu veux, il va falloir que dans ta tête, ton projet devienne une personne (et quelle personne) et que tu t’imagines sa façon de parler.

Oui mais bon “façon de parler” c’est encore une grosse expression fourre-tout. Alors, concrètement, trouver le ton de son projet c’est faire des choix notamment sur les sujets suivants :

  • La langue : Français, anglais, etc (et oui, faut réfléchir à la langue que parlent tes clients, il ne faut pas hésiter à se la jouer international si ça permet de mieux atteindre son public et donc de faire grandir sa boîte)
  • Le langage : Familier ou soutenu (en fonction de tes objectifs : veux-tu la jouer plutôt bonne franquette ou au contraire distingué ?)
  • Le tutoiement ou le vouvoiement : (Qui sont tes clients ? Quel âge ont-ils en moyenne ? Veux-tu marquer la distance avec eux ou au contraire forger un lien proche ?)
  • Le pronom personnel que tu vas utiliser dans tes rédactions : le côté "je" pour un aspect journal intime, "le nous" pour montrer que ton projet est l'oeuvre d'une équipe, etc
  • Et encore l'humour que tu veux adopter, les mots que aimerais voir revenir, la taille de tes contenus (plutôt droit au but ou longs pavés), l'ajout de petites icônes ou alors un côté très textuel, etc

Il n’y a absolument aucun bon ou mauvais choix, aucune mode, il n’y a que ton projet et le public qu’il vise. Opter pour le tutoiement alors que cela ne correspond pas au public que tu vises ou au contraire t’enfermer dans un langage soutenu au risque de pomper tes clients dans les grandes largeurs… inutile ! Imagine plutôt comment tu veux leur parler et comment ils te parlent !

Aussi, toujours pour le ton de ta ligne éditoriale, ça peut être très chouette de créer un petit univers éditorial autour de ta marque, si ça te fait envie. Par exemple, tu peux t’amuser à partir du nom de ton projet pour développer tout un champ lexical (pour ceux qui ne suivaient pas en cours de français, un champ lexical est un ensemble de mots se rapportant à un même thème, bisous doux au Larousse). Genre développer pleins de petits jeux de mots ou tournures qui riment avec ton identité de marque et que tu peux ressortir à chaque occasion !

Pour te donner un exemple que tu aimes à la folie, parlons du ton de La Vraie Dose. En m’appuyant sur mes petits objectifs éditoriaux, je ne suis pas posée beaucoup de questions avant d’opter pour un langage plutôt familier et le tutoiement, le côté “bonne copine entrepreneure” résidait en eux. Pour les mêmes raisons j'ai choisi de toujours parler à la première personne pour le côté "journal de bord". J’ai un peu réfléchi à l’idée de lancer un projet anglophone mais je me suis dit qu’une expérience entrepreneuriale était toujours liée à une certaine culture et cela ferait bien plus sens de m’adresser à un public français ! Enfin, pour l’univers éditorial, là encore je suis aller faire un petit bécot à mes objectifs éditoriaux car j’ai choisi de développer tout le champ lexical de “l’énergie” pour envoyer encore plus de vitamines entrepreneuriales tavu !

“Pense vraiment à ta ligne éditoriale et réfléchis à quel serait le support qui la mettrait le mieux en valeur !” 

Bon maintenant qu’on a le ton de nos projets, va falloir qu’on se décide surles supports que  l’on va utiliser pour faire passer ses messages. Là encore, je vais oser la répétition, il n’y a pas de mode qui compte mais seulement ton projet et le public qu’il vise. Il ne faut pas se jeter à corps perdu dans le marketing digital “parce que tout le monde m’a dit que ça marchait trop bien même qu’en plus mon beau frère il travaille en digital marketing”. Pense vraiment à ta ligne éditoriale et réfléchis à quel serait le support qui la mettrait le mieux en valeur !

J’aurais plutôt tendance à te conseiller de te pencher en priorité sur un seul support ! Alors, oui je connais les histoires des oeufs et du même panier. Malgré tout, investir un support de communication te permet déjà de mieux le comprendre et ainsi de devenir de plus en plus doué dans son utilisation. Et puis, investir un support de communication prend souvent beaucoup de temps. Par exemple, pour les réseaux sociaux, construire une communauté sur un seul réseau demande beaucoup d’effort, beaucoup de créativité et d’endurance, c’est très loin d’être de la magie mais que du travail (même si tu choisis d’opter pour des publications sponsorisées, tout cela se mesure et se peaufine).

Pour La Vraie Dose (on aime les exemples sponsorisés LVD), j’ai choisi d’investir en premier instagram. Déjà, j’ai choisi d’opter pour un support digital (je sais on dit numérique en français, digital c’est pas bon blabla mais en fait j’aime bien dire digital) car je voulais que le parcours de mon profil instagram jusqu’à l’inscription sur le site de La Vraie Dose soit le plus court possible (Ça c’est un truc qui se réfléchit, si je veux amener les gens sur mon site en priorité, vaut peut-être que mieux que je leur parle déjà depuis internet).

Et puis j’aimais de plus en plus instagram d’un point de vue personnel, j’y trouvais beaucoup d’énergie en suivant certains comptes, je voyais déjà un petit nid douillet pour La Vraie Dose dans le côté “GoodVibesOnly" (comme on ne dit pas chez nous - bonnes ondes uniquement). Enfin, j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup d’apprentis entrepreneurs sur Instagram, de créateurs, d’artisans, bref des copiannns quoi et c’était donc parfait : mes lecteurs étaient déjà là !

“Un tableur excel muy caliente ou encore une feuille blanche de couleurs vêtues suffira à te permettre de te créer le calendrier éditorial de ton projet" 

Enfin, un point clé de la ligne éditoriale dont je voudrais te parler : le calendrier éditorial. Bien moins chocolaté qu’un calendrier de l’avent mais bien plus utile que le calendrier de la poste, le calendrier éditorial va t’aider à structurer ta stratégie éditoriale. L’idée va être d’organiser dans le temps toutes tes actions liées à l’éditorial de ton projet et de retenir de chacun d’entre elles des apprentissages (ah bah oui sinon c'est pas drôle pas tu vois).

Tu sais, je rigole souvent de ma première aventure entrepreneuriale et de toutes les maladresses que j'ai pu faire. Et alors là en terme de ligne éditoriale on atteint le sommet du maximum. On commence déjà avec aucune mesure des performances de chaque action histoire de se mettre bien, on poursuit avec aucune planification des différentes actions de communication et on ferme la marche avec un ton éditorial pas assez marqué à mon goût. Bref comme chaque entrepreneur j'ai fait des bêtises et j'ai pas forcément fait attention à des sujets clés mais du coup j'ai appris pleins de trucs. Alors cet outil, je voulais vraiment le partager avec toi car si j'en avais entendu parler à l'époque, on y aurait vu plus clair quand même !

T’as pas besoin de prendre beaucoup le choux au démarrage d’un projetsur l’achat d’un logiciel ou d’un cahier pour tes calendriers éditoriaux. Un tableur excel muy caliente ou encore une feuille blanche de couleurs vêtues suffira à te permettre de te créer le calendrier éditorial de ton projet en fonction de tes envies. 

L’idée c’est que tu écrives tout bêtement dans ton calendrier chaque action que tu as prévue de faire avec idéalement, le jour, le créneau horaire, le support et le contenu de celle-ci (notamment si tu publies sur les réseaux sociaux, ça peut-être chouette de rédiger tes publications en amont histoire de ne pas vivre le coup de la panne inspirationnelle).

Tu peux (comprendre je te le conseille mais genre vraiment beaucoup fort) ajouter une petite case “performance” et y glisser la performance de chaque action en fonction des indicateurs que tu choisiras (si par exemple tu posts sur les réseaux, tu pourras noter le taux de clics ou les nombres d’interactions, si tu fais une distributions de flyers, tu pourras noter le nombre d’appels engendrés).

Et puis ce qui est quand même ultra bon délire c’est que grâce à ton calendrier éditorial, tu vas pouvoir avoir une vision à plusieurs mois de ta stratégie éditoriale : support, contenu, performance. Ça va t’aider notamment à construire une vraie ligne éditoriale puisque tu vas voir petit à petit s’affiner ta plume et comprendre comment celle-ci est reçue par ton public. Et puis surtout, cela va t’assurer une bonne cohérence de tes actions au niveau éditorial ! Bref, ce sera stratégique, ce sera structuré, ce sera génial, ce sera à ta sauce, bref ce sera toi quoi !

💖💖💖💖💖

💪 Ton challenge de la semaine : créer ton calendrier éditorial ! 💪

Allez on se lance, on brainstorme chaud chaud chaud notre ligne édito et on commence à structurer les choses pour voir ce que ça donne : est-ce que le ton est adapté à ton public, est ce que le support est le bon, est ce que tes actions fonctionnent ?

  1. Tu choisis ton outil : soit tu exprimes tous tes talents de dessinateur professionnel sur feuille blanche de format A3 soit tu chantes des chansons d’amour à un fichier Excel
  2. Tu construis ton calendrier : tu fais bien entendu tout à ta sauce maison parce que t’as bien raison d’avoir confiance ! Voilà les cases qui me semblent indispensables, le reste c’est toi qui vois : le jour, l’heure, le support, le contenu et la performance
  3. Tu écris en gros les objectifs de ta ligne éditoriale histoire de ne pas se perdre en chemin vois-tu !
  4. Tu commences à dessiner tes actions dans le temps : tu analyses quelles sont les périodes clés (lancement d’un projet ou d’un nouveau produit, actualités), et tu commences à jouer avec toutes les actions entre elles (si tu utilises une feuille, je te conseille de ressortir tes bons copains les post-ifs pour éviter les ratures)
  5. Tu prends du recul : tu regardes un peu la cohérence de chaque action en vérifiant que ta ligne éditoriale est toujours identique et tu regardes aussi les performances : quelles actions je dois développer ? Quelles actions je dois arrêter ? Quel est le trait commun : contenu, heure, support… ? Tu fais de l’analyse a posteriori, c’est ça aussi la stratégie !

💖💖💖💖💖

Tu as aimé fort fort fort ce nouvel épisode de La Vraie Dose ? Et bien tu peux t'inscrire en cliquant sur ce bouton là :

Sarah François