[LVD #15] J'ose créer une vraie identité pour mon projet !

Tu le sais, La Vraie Dose, c’est avant tout un billet d’humeur hebdomadaire pour justement t’aider à gérer tes humeurs entrepreneuriales. Alors ensemble, on se parle plutôt motivationétat d’esprit, culte des petites victoiresgestion des émotionsapprendre à parler de son projet, etc.On aborde un peu moins les choses très techniques comme le marketing, le droit ou la compta parce que comme dirait l’autre chacun son métier. Et moi, mon métier, c’est de redonner la pêche pour que tu ajoutes chaque semaine une brique supplémentaire à ton projet (c'est un job plutôt cool en effet) !

Pourtant, aujourd’hui, j’ai décidé de te parler d’un sujet pour lequel je n’ai comme connaissance que mon expérience personnelle : créer une identité de marque pour son projet. Pour moi, c’est un vrai choix d’aborder ce sujet avec toi car je pense qu’oser créer une vraie identité pour son projet, c’est aussi un gros défi de motivation et de confiance en soi. C’est pour ça que j’ai voulu construire une petite série de newsletters estivales sur le fait de se construire une vraie identité de marque pour son projetentrepreneurial même quand on a un tout petit budget tout choupinou et qu’on a donc pas le swag de s’offrir les services d’un graphiste ou encore que “même qu’en marketing, en stratégie de marque, tout ça là, on y connaît pas grand chose”. Et je me suis dit que l'été, c'était un excellent moment pour aborder ce thème avec toi car c'est un temps où le stress s'amenuise un peu et laisse place à la réflexion et à l'inspiration. Autant te dire que ça va plutôt avec l'état d'esprit "je trouve l'identité de mon projet". 

Alors, ready ready pour la première étape ? Aujourd'hui étape 1 : j'ose créer cette fameuse identité !

 La Vraie Dose #15 : J'ose créer une vraie identité pour mon projet

La Vraie Dose #15 : J'ose créer une vraie identité pour mon projet

Alors du coup, appelons un chat, un chat : qu’est ce que l’identité d’un projet ?"

Alors du coup, appelons un chat, un chat : qu’est ce que l’identité d’un projet d'entreprise ? Bien entendu rien de légal ni de juridique dans tout ça. Si tu veux quand je te parle de l’identité de ton projet entrepreneurial, je te parle de son atmosphère, de son univers. L’identité de ton projet c’est d’une certaine façon ta signature, l’embryon de ta future marque !

Donc, j’en profite ici pour définir les termes que je vais utiliser par la suiteet qui peuvent constituer l’identité d’un projet (désolée si cela rend le début de la lettre un peu long mais au moins on pose les bases). Je ne m'engage pas à ce que ce soient des définitions parfaites et exhaustives, je dis les choses avec mes mots !

Tu as d’abord ce que l’on appelle la charte graphique. Comme le mot “graphique” l’indique, on parle là de tout ce qui touche à ce qui est visuel.Donc la charte graphique comprend par exemple un éventail de 3-4 couleursque tu vas utiliser et qui fonctionnent bien ensemble. Elle comprend également le choix de 1 ou 2 voire 3 typographies (police d’écriture si tu préfères)que tu vas par exemple décliner selon les règles que tu vas fixer (une typo pour les titres, une pour les sous titres, une pour le texte, etc). Tu peux avoir aussi dans cette charte graphique une petite iconographie (une gamme d'icônes) que tu auras choisie si le coeur t’en dit (avoir des petites icônes sympathoches, ça peut servir pour un site internet ou un flyer).

Aussi, dans l’identité de ton projet tu as tout ce qui touche à la ligne éditoriale. Dans “éditoriale”, tu reconnaîtras tout ce qui s’apparente au rédactionnel. Il y a le mot "ligne" pour signifier que l’on adopte une certaine conduite à tenir quant aux façons dont on va parler avec ses clients. Dans la ligne éditoriale, tu as par exemple le ton (familier, soutenu, énergique, en retenu, très technique ou pour tout le monde, etc). Tu vas aussi faire de vrais choix éditoriaux comme une décision entre le tutoiement ou le vouvoiement par exemple. Tu vas également déterminer comment tu vas parler à tes clients : par quels moyens tu vas t'adresser à eux (newsletters, réseaux sociaux, lettres papiers, flyers, publicités dans les journaux, partenariats croisés, etc) et avec quelle fréquence (tous les jours, toutes les semaines, tous les mots), on parlera de “calendrier éditorial”.

Comme tu sais que j’aime les exemples, je vais t’illustrer un peu tout ce fatras avec La Vraie Dose. La charte graphique de la vraie dose est composée d’un panel de 4 couleurs qui sont celles que tu vois apparaitre dans la newsletter et sur le site (avec en chef de fil ce rouge vif), j’ai deux typographies : celle du logo et celle du texte. Pour l’iconographie, j’ai choisi d’utiliser les emojis et je t’expliquerais pourquoi un peu plus tard. Pour la ligne éditoriale, j’ai choisi de te parler une fois par semaine au travers d’une newsletter et aussi deux autres fois par semaine sur les réseaux sociaux. J’ai préféré adopté un ton familier et “écrit parlé” et surtout j’ai volontairement décidé de te tutoyer. Tu me suis jusqu’ici ? Je vais t’expliquer mes choix plus ou moins volontaires au fil de notre réflexion sur l’identité de nos projets, suspens suspens, les réponses arrivent !

“Au début d’un projet, on aurait vite tendance à faire une petite attaque de panique de type “nan mon projet, il n'est pas assez grand pour avoir droit à une vraie identité”” 

Je sais pas toi mais lorsque j’ai commencé mon premier projet entrepreneurial, j’ai pensé à pas mal de choses mais pas forcément à créer une identité de marque. Je me suis pas mal mise dans l’idée par exemple qu’il fallait, comme on se l’est déjà répété plusieurs fois, commencer par tester mon idée auprès de ma clientèle cible en faisant un petit questionnaire voire un prototype (tu peux retrouver mes petites astuces pratiquo-pratiques sur le sujet en relisant la troisième lettre de La Vraie Dose).

C’est qu’au début d’un projet, on aurait vite tendance à faire une petite attaque de panique de type “nan mon projet, il est pas assez grand pour avoir droit à une vraie identité, je suis pas coca-cola ou tf1”. Et bien tu te méprends très cher car au contraire, non seulement ton projet est assez grand pour ça (pas forcément en termes de clients mais en terme d’envies de ta part de gravir des montagnes) mais surtout car à l’heure où chacun peut faire sa petite communication sur les réseaux sociaux, ça vaut vraiment le coup de se créer un univers qui fait la différence dans le coeur de tes premiers fans (mêmes si ce sont tes copains, on s’en fiche !).

Et sur ce point je vais insister, oh oui je vais insister : tout projet a droit à son identité. Par exemple même si tu es freelance et que tu te dis “bah mon identité c’est moi”, c’est en effet pertinent mais ça vaut le coup de bien poser les choses pour qu’on comprenne bien ton univers. Tu peux aussi te dire que si tu n’as pas de concurrent direct, ça ne sert à rien. Là encore tu te trompes car ton produit ne fait pas tout, la façon dont tu le vends joue un rôle majeur et clairement trouver son identité c’est savoir vendre son projet !

Parfois, on se dit aussi, que là tout de suite on n’a pas trop le temps pour ça parce que mine de rien, réfléchir, s’inspirer, comprendre l’identité de son projet ça en demande, du temps, justement. Moi en tout cas, j’ai vraiment vécu ce truc concernant l’identité, ce fameux “on verra plus tard”. Puis les choses ont un peu avancé, ce sont davantage concrétisées. Il est venu le temps de me créer un vrai site internet parce que de nos jours (expression de 1879), c’est souvent par ce biais là qu’un projet entrepreneurial voit le jour. Ça peut aussi faire sens de se créer rapidement des cartes de visite dans certains coeurs de métiers ou encore de se lancer dans l’impression de quelques flyers.

“Si tu es comme moi, ton budget lancement / communication / marketing / branding se compte en nombre de mars que tu peux acheter à l’épicerie du coin" 

Et là, le constat est “simple” : plus le choix, il te faut un nom, un logo, une charte graphique et une ligne éditoriale. Ainsi que 100 balles, un café et un mars bien entendu. Deux opportunités s’ouvrent alors à toi/ Soit tu dégotes dans une pochette surprise un ami proche graphiste (celui qui désigne l’univers visuel de ton projet ainsi qu’un logo), un “content manager / copywriter” (responsable contenu ou concepteur-rédacteur : celui qui t’aide à construire une vraie ligne éditoriale autant dans la forme que dans le fond), un "brand manager" (responsable de marque : celui qui crée une vraie stratégie de marque en faisant le pont entre mesdames messieurs graphisme et content manager, il peut également t’aider à te trouver un nom dans certains cas). Si c’est vraiment l’histoire de ta vie, joue également au loto s’il te plait car tu as beaucoup de chances !

Soit tu es comme moi et ton budget lancement / communication / marketing / branding se compte en nombre de mars que tu peux acheter à l’épicerie du coin. De ce fait, tu n’as pas encore la chance d’avoir un vrai graphiste qui te crée un univers trop stylé. C’est toujours un peu agaçant car on aimerait tellement que quelqu’un nous aide à donner de la vie, de la structure, de la tangibilité à l’univers dont on ose rêver pour son projet. Et puis entre nous c’est comme la classe interstellaire de dire “oui je verrai ça avec mon graphiste / avec mon copywriter”. En tout cas, je vais pas te cacher que ça me fait un peu rêver !

“Tu vas donc apprendre à faire avec les moyens du bord et c’est en fait plutôt cool.”

La réalité c’est que tes finances ne vont pas te permettre de tout de suite construire un projet au max de sa sexitude visuelle et rédactionnelle. Pourtant tu ne veux pas attendre qu’on vienne glisser un chèque dans ta boite au lettre pour lancer ton projet. Tu vas donc apprendre à faire avec les moyens du bord et c’est en fait plutôt cool.

Et quand je te parle “d’apprendre à faire avec les moyens du bord”, ça veut vraiment dire ce que ça dire. J’imagine que tu n’as potentiellement pas suivi des études de graphisme, de marketing ou de communication. Mais tu vas apprendre. Tu ne feras sans aucun doute pas les choses de façon aussi pro qu’un pro mais tu les feras, les choses et c’est déjà pas mal. En réalité, arriver à construire l’identité de ton projet c’est aussi apprendre à te faire confiance. C’est un de ces moments magiques où tu vas te dire “bon ben clairement je ne sais pas tout faire mais je fais ce que je peux quand même parce qu’au moins je sais apprendre à faire les choses”.

Et il y a un truc vraiment très chouette à se pencher sur le sujet de l'identité quand notre budget est encore trop maigrichon pour faire appel à un graphiste et à un concepteur rédacteur. C'est que le jour où tu pourras confier cette mission à un pro, tu auras déjà énormément avancé ta réflexion et cela vous permettra de mieux travailler ensemble. Car oui les pros sont là pour transcrire dans la réalité l'univers que tu veux donner à ton projet mais ils ne sont pas là pour le déterminer à ta place !

Le sujet de l’identité de marque pour un projet, je trouve que ça a parfois un côté mystique, lointain. On aurait vite tendance à se dire “ouais bof je suis pas très créatif, je ne sais pas utiliser les bons logiciels, je suis jamais inspiré même au pictionnary”. Et pourtant, c’est à la portée de tous, d'essayer de comprendre comment ça marche. La preuve moi je l’ai fait alors qu’à chaque fois que je fais des travaux manuels on a toujours l’impression que c’est le résultat d’un travail de groupe fait par une classe de maternelle (mais j'aime bien quand même en vrai).

Alors, je te propose que durant ces prochaines semaines, on apprenne à oser se construire une identité pour nos projets grâce à ces petites newsletters estivales de La Vraie Dose. C’est que l’été est propice à la réflexion et à l’inspiration non ? Et je te rassure ça marche aussi si tu es comme moi assigné à résidence pour cause de petit budget de l’entrepreneur qui démarre ! Mais avant de te laisser trépigner d’impatience jusqu'à la semaine pro, je t’annonce le grand retour des challenges de La Vraie Dose spécialement désignés pour la série de lettres “j’ose créer une identité pour mon projet !

💖💖💖💖💖

💪 Ton challenge : construire tes "tableaux d'inspirations" pour démarrer ta réflexion "identité" ! 💪

Alors, tu es ready ready pour ton premier challenge spécial “identité” ?Aujourd’hui, je te propose un premier challenge plutôt rigolo et créatif (mais à la portée de tous, si ce mot te fait peur, bois un verre d’eau et lis la suite !). Tu vas donc créer tes moodboards ! Hein, mes moudeuh-bordeuhs ?

Le moodboard (qui pourrait se traduire rapidement par tableau -board- d’humeur -mood- mais qu’il serait plus habile de traduire par tableau d’inspiration) sert à justement réunir tout ce qui t’inspire dans le but de construire un projet. Je te propose donc de créer deux moodboards :

  • Ton moodboard “images” : tu réunis les 10 images qui t’inspirent le plus pour ton projet (instagram et pinterest sont tes amis car tu peux taper un mot clé dans la barre de recherche et trouver des trucs cools - sinon google ou google arts sont des outils tout à fait commodes ainsi que tes petits yeux et l’appareil photo de ton téléphone si tu vois un truc chouette dans la rue)
  • Ton moodboard “mot” : tu écris entre 10 et 20 mots / expressions que ton projet t’inspirent ! (tu peux répéter ton pitch en une phrase à des copains si jamais tu n’as pas d’idées et voir si des mots leur viennent à l'esprit)

Pour construire tes moodboards, tu peux utiliser ces outils :PowerPoint (c'est ce que j'avais utilisé, je trouve que c'est cool pour bien coller les images entre elles et que ce soit joli) mais tu peux aussi utiliser paintphotoshopcanva ou encore le célèbre trio de choc : feuille de papier-ciseaux-colle (un truc de ouf)

Pssst, souviens-toi toujours que je suis loin d’être graphiste, que je suis toute jeune conceptrice-rédactrice et que je te partage simplement des pistes pour prendre confiance sur le sujet grâce à mon petit vécu perso. Mais tu peux donc faire les choses à ta sauce et carrément différemment ! Et si tu le peux, n'hésite pas à faire appel à un pro ;-).

💖💖💖💖💖

Tu veux recevoir toutes les newsletters estivales de La Vraie Dose directement dans ta boîte mail ? Cool, alors inscris-toi via ce petit bouton :

Sarah François